Complément 114

18/10/2020 Non Par cborne

De Easeus to do backup à AOMEI Backupper

L’ordinateur de ma femme c’est finalement un peu comme sa voiture, je devrais regarder plus souvent. C’est d’ailleurs ici qu’on se rend compte que l’informatique pour les gens normaux c’est mort. Je ne sais plus quelle manipulation je faisais sur son ordinateur et je me rends compte que son SSD est plein, il reste à peine quelques gigas. Les gens normaux non seulement laissent s’accumuler des tas de documents mais quand l’ordinateur est plein, disent l’ordinateur il marche plus, il faut le changer. C’est le fameux SSD que j’ai fini par recevoir par la poste. Nous passons d’un SSD de 120 Go à un SSD de 240 ce qui ne règle pas le problème de l’organisation où elle télécharge tout et stocke. Il est intéressant de voir que les gens gèrent leurs fichiers comme leurs objets. Mon épouse garde tout parce que tout objet peut avoir une utilisation pédagogique, elle télécharge des tas de ressources en pagaille qu’elle ne trie pas, donc qu’elle n’utilisera jamais. Je pense que je vais certainement adopter le positionnement de vider en cachette son disque dur pour mettre sur le NAS et purger au bout d’un certain temps. Elle ne se rendra certainement compte de rien.

Jusqu’à maintenant la procédure de transfert de disque dur à SSD, c’est Easeus to do backup avec le SSD de destination sur un câble USB. La procédure est identique de SSD à SSD. Il se trouve que je me suis retrouvé en échec avec des codes erreurs qui ne veulent rien dire, ce qui m’a particulièrement irrité. Quand ça ne marche pas j’aime bien savoir pourquoi, à fortiori en informatique où l’on ne doit pas sortir la boule de cristal. J’ai tenté de le faire avec Clonezilla ce que je ne fais jamais car d’habitude ça ne fonctionne pas et ça a été le cas présent, il voulait faire un fsck sur la partition système ce que j’ai refusé. Alors on finit toujours au même endroit, alternative.to. Dans les logiciels connus, sort assez rapidement AOMEI Backupper, qui fait penser à Easeus to do backup mais dans une version simplifiée. La version standard fait le job en quelques clics et sans message d’erreur bizarre :

Le clonage se fait sans intelligence, c’est-à-dire qu’il va copier les 120 premiers gigas sans même prendre la peine d’agrandir la partition serrée et faire propre. Il faudra reprendre tout à la main, avec dans la famille AOMEI, AOMEI Partition Assistant. Ici encore dans sa version gratuite le logiciel a fait le job, déplacer la partition de 500 Mo à la fin du SSD pour pouvoir agrandir la partition principale. Le job est fait sans même faire un reboot, à suivre donc.

Toujours pas de réseaux sociaux et c’est tant mieux.

Je n’arrive pas à trouver l’article où j’y fais référence mais cela doit être dans la période du confinement où j’ai coupé littéralement les réseaux sociaux. Il y a six mois nous vivions une période particulièrement anxiogène, dangereuse pour l’esprit. Tout le monde balançait ses angoisses, l’isolement, la peur, la maladie, la mort. Dans ce contexte de terrorisme, de terreur tout court, crise économique, de seconde vague qui revient en force, je pense que cela relève du masochisme aujourd’hui d’affronter ça, de se connecter et de se prendre un torrent d’angoisse dans la face.

Si je devais noter un point négatif, c’est de ne plus avoir de contact avec mes anciens élèves mais je me rends compte que c’est aussi un point positif. Je n’ai pas assez d’amour à donner, je n’ai pas assez d’attention à donner, c’est trop compliqué. Au quotidien je dois me rappeler que la fille de ma collègue est dans le plâtre, prendre des nouvelles du père d’un autre, une multitude d’informations que la politesse m’impose de retenir et de replacer dans ma dimension sociale quotidienne. Tellement d’informations que j’ai même oublié de demander à une collègue comment s’était déroulée son inspection, le point d’orgue d’une année d’enseignant. Si je devais être en contact avec l’ensemble de mes anciens élèves avec qui j’ai souvent de bonnes relations, la correction voudrait que je retienne un maximum d’informations et c’est totalement impossible.

Et c’est ici qu’on se rend compte que les réseaux sociaux biaisent totalement la relation humaine en faisant croire que vous avez des tas d’amis, juste parce que le réseau vous a soufflé la date d’anniversaire. Interagir dans la vie des gens pour de vrai c’est compliqué, penser, spontanément et pas par un rappel qu’il faut prendre des nouvelles, ça ne se fait pas tout seul dans un monde où l’on n’a jamais le temps.

Alors nécessairement si on fait le point sur l’abandon des réseaux :

  • Je gagne une honnêteté intellectuelle vis-à-vis de moi-même et des autres. Ne suivant pas leur vie, on ne m’en voudra pas de ne pas être au courant. Entretenir dès lors une relation avec moi devient quelque chose de plus subtil, plus complexe, sauf peut-être si on est lecteur de ce blog et encore.
  • Je gagne en sérénité, loin de la foule déchaînée, loin de la peur de rater quelque chose.
  • Je gagne du temps, même si je dois reconnaître que j’ai compensé par un important travail scolaire. Il faudra d’ailleurs que je me calme, la boulimie de travail ne fait pas grossir la paye, seulement le temps passé.
  • Je gagne en lecteurs, je gagne en participants au forum. C’est un effet de bord qui n’est pas prévu et que j’aimerais un petit peu développer.

Ma chaîne Youtube est anecdotique et je crois qu’on l’aura compris je ne ferais jamais Youtubeur, trop paresseux, trop vieux, trop tout ce que vous voudrez. Trop paresseux c’est une évidence, mon concept de maths à l’arrache me correspond bien, aller vite, aller à l’essentiel, c’est un outil pédagogique. Si je devais écrire tout ce que je fais en vidéo ce serait trop long, l’intérêt de montrer le geste avec les moyens mnémotechniques, la parole, on fait travailler davantage d’intelligences. Avec les années, il faut que ce soit facile même dans les jeux vidéos, que ça ne demande pas trop d’effort, écrire n’est jamais difficile, écrire sur ce qui m’intéresse, ça va vite. Pour les vidéos, c’est un outil pédagogique pertinent, je déleste des explications, quand un gamin me dit qu’il n’a pas compris et que je ne peux pas matériellement prendre le temps, je l’envoie me regarder, me mettre en boucle, me manipuler et ça marche plutôt pas mal pour qui veut s’en donner la peine.

Certains blogueurs sont devenus Instagrameurs, Youtubeurs, ont même lancé leur chaîne tiktok et c’est terrible de voir des gens qui doivent être pas loin des 40 ans tenter de se mesurer à des petits jeunes, dans un monde de jeunes, fait pour les jeunes. Le résultat est sans appel : à fuir son blog on fuit le cœur de métier, on fuit finalement son fonds de commerce. Être partout à la fois c’est typiquement notre société, et c’est pourtant justement ce qu’il ne faut pas faire, à mon sens. On se divise, on disperse les contenus, on doit se former aux nouveaux mediums au lieu d’être performants dans le cœur de métier. C’est un des reproches que je fais à l’informatisation à outrance dans la pédagogie, utiliser tous les outils du monde pour finir par oublier qu’avec une craie, un tableau, une posture de bonhomme, on est Socrate.

En étant davantage ici plutôt qu’ailleurs, j’enrichis en contenu, en présence, en animation du forum et c’est environ 300 lecteurs de plus par jour que j’ai gagnés, sans me forcer. Ne jamais se forcer. Bien sûr, il faut avoir conscience de la limite du système. Quand il y a quelques années certains élèves venaient lire mon blog, aujourd’hui ils en sont totalement incapables, c’est inabordable ne serait-ce par le niveau de français pourtant modeste. On mourra tous ensemble, les vieux qui êtes calés devant l’écran, et tant pis pour le renouvellement du lectorat, tant pis pour le jeunisme, ils n’ont qu’à s’élever pour comprendre.

Je ne peux que vous inciter à en finir avec les réseaux sociaux, ou en tout cas faire le bilan de ce que vous ça vous apporte. Une pause pour faire un essai, pour vérifier si c’est un véritable manque dans sa vie peut-être une alternative intéressante.

Fyde OS le ChromeOS chinois

J’en avais parlé dans mes essais sur le D255, la possibilité de transformer un ordinateur portable en ChromeOS avec Cloudready et les tests que je voulais réaliser avec son concurrent Chinois Fyde OS. Fyde OS apporte donc par rapport à Cloudready le support de Android et ce n’est pas rien, néanmoins même si en vieillissant on devient moins tatillon sur la sécurité en filant tout aux GAFAM, l’OS Chinois est quand même une grande étape à franchir.

Au niveau de l’installation quelques bricoles à dire par rapport à Cloudready. J’ai réalisé l’installation avec balenaetcher, au boot on vous propose cinq choix, image A, image B, image A vérifiée, image B vérifiée, et boot alternatif. C’est le boot alternatif qui a permis d’arriver à l’écran d’accueil en Chinois qui se modifie assez rapidement. Plus problématique mais contournable, le fait que le chip Wifi ne soit pas reconnu, j’ai dû faire l’installation en ethernet. Pas d’internet pas de possibilité d’installation de la machine. Il est impératif de créer un compte Fyde OS, l’opération nécessite un mail, un téléphone, et éventuellement un compte telegram. La première impression est décevante à savoir qu’on se retrouve strictement sur la même interface que Cloudready, l’installation est dissimulée. Si vous regardez le market en chinois sur la gauche, qu’il est à priori possible de franciser, il faut installer l’application qui permet d’installer l’OS sur l’ordinateur.

Je dois reconnaître que je me suis arrêté très vite :

  • La non prise en charge par défaut du Wifi est un frein, il faut une machine « adaptée »
  • L’aspect intrusif à fortiori quand on sait qu’il s’agit d’un produit Chinois, ça ne met pas en confiance.
  • Le côté pas du tout out of the box qui impose de faire des manipulations quand on cherche un OS facile.

La moralité c’est que je passe mon tour mais je crois peu dans ces alternatives au Chromebook qui deviennent des machines de plus en plus séduisantes en proposant le meilleur d’un peu tous les mondes. Le prix d’achat aux environs de 300 € n’est pas si excessif, néanmoins l’obsolescence programmée pour ces appareils, même si 7 ans environ c’est pas mal, ne me donne pas envie sachant que je n’achète que mon matériel d’occasion.

Info conso

Si vous suivez un peu le forum, on a un post sur les masques. Comme j’ai déjà dû l’écrire quelque part, si au départ j’étais le seul à la maison à prendre du plastique parce que le tissu ça ne passe pas, les gosses y sont passés. À un moment dans le courant du mois de septembre, il n’était par rare de voir à 20 ou 25 balles d’euros des masques par 50. Pendant pas mal de temps j’ai acheté sur le marché de Saint-Pierre au tarif maximum de 10 € les 50 masques. Étant d’un naturel prudent, on me connaît, et crevard, on me connaît aussi, j’ai parallèlement lancé des achats à 11 € les 150 masques sur Internet. Je pars en effet du principe qu’on peut monter les stocks parce que nous serons masqués pendant une bonne année facilement. La livraison devait se faire depuis la Belgique, finalement la livraison n’a pas eu lieu c’était hier. Je me rends compte qu’en ce moment je multiplie les achats sur Internet parce que je ne trouve pas nécessairement ce que je recherche en supermarché, parce que c’est vendu à des tarifs de dingue, parce que parfois je cherche des produits très spécifiques comme une pièce de tringle à rideau où j’aurais dû acheter le kit complet chez Bricodepot. Je me rends compte aussi que la quasi-totalité des achats est réalisée sur Amazon qui reste le plus intéressant à tous les niveaux : tarif, variété des produits, mais surtout un paramètre qui devient de plus en plus problématique, la livraison. Je pense que nous allons vers une restructuration importante de la poste, qui s’accompagne indéniablement d’une baisse de qualité de service, en tout cas chez moi, les colis qui arrivent jusqu’à chez moi, ça ne fonctionne plus, c’est un sur trois facilement pour lequel je dois intervenir.

Le char Leclerc, une plaisanterie du forum

La moralité c’est qu’après l’offre de Leclerc à 4.95 les 50 masques, on a vu un alignement dernièrement du marché, Electrodepot ou encore intermarché proposent des tarifs à 5 € les 50 à la louche. La moralité c’est que si j’ai perdu mes 11 € de commandes plus haut, ou que je reçois la moitié des masques, un seul lot sur les trois commandés, j’aurais mieux fait d’acheter en France à tarif un peu plus élevé.

Depuis le confinement, les livraisons, chez moi en tout cas, sont devenues très problématiques. Il vaut donc mieux rouler un peu plus pour faire le tour des supermarchés que de tenter d’acheter chez des vendeurs tiers et parfois même renommés (Corsair pour ne citer que lui), et batailler pour localiser sa commande ou même se faire rembourser.