Complément 1

28/08/2017 Non Par cborne

Peu après mon article sur Firefox et les navigateurs est paru ceci : Mozilla : la tentation de la collecte de données. Il ne s’agit que d’une simple conversation entre des développeurs de Firefox et les utilisateurs, discussion qu’on peut lire sur Google Groups, allez comprendre, et qui en substance explique que les développeurs manquent de données pertinentes pour coder le navigateur, ils n’ont peut-être pas tort. Je suis codeur, comment savoir mon que mon logiciel est performant ? Le retour des utilisateurs. Malheureusement, les utilisateurs sont souvent des consommateurs et s’ils sont nombreux à se plaindre que ça ne « marche pas », ils sont peu à apporter l’information pertinente qui permettra aux développeurs d’améliorer, de corriger le logiciel. La proposition ici, c’est de puiser à la source, la collecte de données directement. Si vous utilisez Firefox c’est que vous souhaitez entre autre, échapper à la récolte, forcément cela fait grincer des dents dans un contexte qu’on sait difficile pour Mozilla.

Si le processus de collecte est fait de façon correcte c’est-à-dire qu’il se contente d’usages généraux, de détection des problèmes, sans lien avec l’individu et que le travail des développeurs est facilité, je suis pour. Je n’irai pas cracher sur une amélioration de mon quotidien si elle ne se fait pas au détriment de ma vie privée. Ce qui est par contre certain, c’est que Mozilla devrait lever le pied sur ce qui n’est même qu’une conversation, conversation qui a été directement relayée dans les tribunes des sites informatiques. C’est un euphémisme que de dire que Mozilla est attendu au tournant, et par les vautours ce qui est classique, mais aussi par sa base d’utilisateurs bien plus exigeante que les autres.

J’évoquais la problématique de la vie privée et de la propriété intellectuelle dès qu’il y a publication sur Internet, à priori les secrets de famille en font partie. Il s’agit ici d’une femme qui explique avoir eu dans ses propositions de contact des gens issus de la famille biologique de son père, enfant adopté. Son père avait repris le contact avec sa famille biologique mais n’avait pas de compte Facebook, si bien qu’elle ne sait pas comment ont été recoupées les informations qui ont permis d’arriver à cette proposition. Elle interroge Facebook qui botte en touche, secret professionnel oblige, sécurité, et j’en passe, ce qui est tout de même amusant pour une société qui finalement serait à même de faire sauter le secret d’une naissance sous X. Facebook achète des listes de données personnelles qu’il réinjecte dans sa base de données si bien que d’une façon ou d’une autre et sans vouloir casser le moral des plus libristes d’entre nous, même sans être présent sur les réseaux sociaux nous sommes déjà fichés. Ce serait presque donner raison à RMS quant aux paiements en liquide, la non utilisation du téléphone, la non réservation d’un titre de transfert, combien d’entre nous en sont capables ? C’est frustrant, car on ne voit pas trop comment refuser le système sans y participer, et si on pourrait me rétorquer qu’il suffit d’adapter son mode de vie, je peux dire que ça va certainement bien plus loin que ce que nous pouvons imaginer. Je pense que le système bancaire, ou nos fournisseurs d’accès internet doivent revendre nos données, ce qui supposerait dès lors se passer de connexion ou de banque, plus difficile à faire que de se passer de smartphone.

Ce que j’écris plus haut sur la naissance sous X est tout de même à méditer, si cette dame s’est vu présenter un membre éloigné de la famille biologique de son père, un enfant adopté qui serait en recherche de sa mère ou de son père biologique n’aurait finalement qu’à se connecter sur Facebook et étudier la liste des personnes proposées. De la même façon une proposition d’une autre femme totalement inconnue dans son profil, pourrait être la maîtresse de son mari, on peut étendre les possibilités à l’infini pour faire ressurgir les secrets des uns et des autres.

Nous sommes tous fichés et la seule remédiation faute de pouvoir rejeter le système en bloc c’est de ne pas participer à la grande foire de ces réseaux qui n’apportent finalement pas grand chose.

d’après http://www.isoc.fr

Cela fait 18 jours que j’ai « cratérisé » le blog, j’ai encore du mal à trouver mon rythme, la frustration de prendre le temps quand ma personnalité veut que tout aille vite. Iceman a par exemple écrit un billet sur la culture générale, le mien est écrit depuis plusieurs jours mais ne paraîtra pas de suite. C’est idiot, mais j’ai l’impression qu’il ma volé la place et que finalement ce billet ne devrait pas être publié car un peu redondant avec ce qu’il a écrit. C’est idiot, c’est à moi d’arrêter la course, une course que je ne fais qu’avec moi-même depuis trop longtemps.

Ceux qui ont l’habitude de me lire auront remarqué je l’espère les quelques changements. Je fais l’effort de me relire, ce que je faisais de moins en moins souvent, j’écris en écoutant de la musique et plus en regardant un film, ce qui est tout de même un gain en concentration et à mon sens en qualité. Les billets sont plus longs mais sont le fruit de davantage de travail, de réflexion, et pas sous le coup d’une impulsion. Je fais désormais l’effort de mettre le lien vers l’image que j’ai utilisée même si paradoxalement je n’ai aucune certitude qu’ils sont les propriétaires de l’image, je ne fais peut être que mettre un lien vers le premier maillon de la chaîne sans savoir si l’auteur original sera cité. Il faudra que j’amplifie le mouvement en arrêtant de Googler les images ce qui est mon premier réflexe, mais en allant chercher dans des bibliothèques d’images libres de droit. Ce qui est intéressant dans ma démarche, c’est que ce qui pourrait paraître comme une contrainte d’écriture, et qui pourrait faire penser à des gens comme Cascador que je vais arrêter, n’est autre qu’une volonté, une discipline. La contrainte et la discipline sont deux choses qui ne sont pas contradictoires et pas forcément négatives. On peut vous contraindre à arrêter de fumer, par exemple. A terme, je sais que ce sera mieux, je trouve que ça l’est déjà.

Au niveau des statistiques du blog, j’y verrai certainement plus clair au mois de septembre, le changement d’url a coupé les statistiques en trois, nous sommes aujourd’hui plus de 1500 lecteurs quotidien contre les 4500 lecteurs avant le crash.

Je remercie Jdrien pour avoir fait disparaître le vieil autoblog de mon site, postblue l’ami belge qui l’avait réalisé suite à ma demande par mail, il ne manque plus qu’ecirtam qui n’a pas de page de contact, il va falloir que j’aille mettre une issue dans son github.

A propos de la fermeture des commentaires, cela n’a jamais été une première chez moi et de façon systématique, je ressens un mieux malgré bien sûr les regrets de se dire qu’on va rater un complément, une correction pertinente. J’aimerai revenir sur trois points :

  • le moteur de commentaire de pluxml n’est pas bon pour un blog comme le mien où l’on peut rapidement monter à trente commentaires sur un sujet brulant. L’indentation n’est pas terrible, la lecture depuis le panneau d’administration n’est pas bon, mais je dirai que ce n’est justement pas la responsabilité de pluxml mais bien mon utilisation excessive du moteur de blog.
  • il apparaît dans les commentaires de blog et ce de façon régulière, qu’on n’est plus dans le commentaire mais dans le monologue. On a la sensation que du fait d’être sur un blog, les gens adoptent la posture de celui qui ne veut pas d’échange. On se retrouve dès lors avec de longs pavés de gens qui ont finalement blogué mais pas au bon endroit.
  • Et donc on observe que dans le forum, les gens adoptent la posture de l’échange. L’implication est différente dès qu’il y a une inscription, quand pour un blog il suffit de mettre son pavé, la démarche des gens qui viennent n’est plus la même, ils entrent dans une « communauté ».

Si une conversation est initiée par quelqu’un ou par moi-même, je mets un lien depuis le billet vers le fil correspondant, je n’irai pas créer un post de façon systématique. Du fait de ne plus être dans une perspective d’écrire jusqu’à plus de 650 billets dans l’année, rajouter un lien à la main n’est pas trop contraignant.

L’idée du billet complément est celle que j’avais initiée avec les feedback, revenir sur des sujets, voir leur évolution, rajouter de la plus value à certains billets écrits à un instant t. N’hésitez pas à m’interpeller dans le forum si vous avez des questions.

Une gestion d’un blog comme une autre