Bludit à la croisée des chemins de PluXml, WonderCMS et quelques autres

20/11/2017 Non Par cborne

Souvenez vous la fois d’avant je vous présentais WonderCMS un CMS minimaliste qui permettait de faire un groupe de pages internet en quelques minutes. J’avais donc transformé ma page d’accueil html5up en une page dynamique ce qui m’a valu un commentaire élégant de Cascador pour saluer l’hommage que je rendais aux débuts du web avec les bonnes vieilles pages à papa des années 2000. Effectivement si le rendu était moche, il y avait quelques problèmes techniques, je pense par exemple à du code autour de liberapay qui finissait par s’ajouter tout seul, une certaine fragilité qui finissait par me faire modifier le code à la main sans passer par l’éditeur. Et puis, avec cette semaine de stage de mes troisièmes, j’ai un peu de temps, j’en profite pour tout casser et tout recommencer pour le plaisir de tout casser et de tout recommencer.

Lorsque je suis à la recherche d’une alternative à un CMS, je passe par alternativeto, qui m’a proposé bludit, logiciel que je ne connaissais pas. Bludit est sous Licence MIT qui propose un modèle économique avec un support pro, il a l’air d’inclure en supplément des plugins, je ne m’attacherai qu’à la version basique. Ce qui est intéressant dans bludit c’est que ses thèmes permettent de faire de lui un caméléon, voyez ci-dessous :

On propose de faire du blog, du microblog, de la documentation, du one page avec des looks complètement différents pour des usages qui sont vraiment différents.

La modularité du système est exemplaire, elle s’exprime comme on peut le voir par l’agencement du thème mais aussi dans le choix des plugins.

Tout est module, le choix d’afficher ou non des tags, le flux RSS, le menu, etc … Si je dois faire le parallèle avec PluXml, je n’affiche pas les commentaires ou les tags du blog, je dois passer par une suppression à la main directement dans le code du template. Je voulais faire une page de type one page, je n’ai donc pas besoin de RSS, de tags, de menu, de pages statiques, je n’ai donc besoin de pas grand chose, si bien que j’ai quasiment tout désactivé. On obtient le résultat suivant, enfin une partie puisque la one page prend toute la page, pour voir le résultat complet c’est par .

et la version mobile

L’éditeur c’est soit du TinyMCE qui est un éditeur WYSIWYG, j’ai choisi pour ma part de rester sur le markdown. L’éditeur est bien fait, il est moitié code, moitié visuel dans le sens où il conserve la syntaxe markdown tout en affichant le résultat.

Le gestionnaire de media n’est pas en reste, très propre, avec la possibilité d’avoir une image à la une.

Jolie découverte que ce CMS étonnant, bien fait, qui mérite d’être largement plus testé que ce que je viens de faire pour les autres usages qu’il propose, je pense notamment à la documentation pour qui n’a pas envie de se lancer dans les ténors du wiki pas toujours simple ou tout simplement pour le moteur de blog. A vous de jouer et de nous faire part de vos créations.