Je vous trouve très beau

Rédigé par Cyrille BORNE - - Aucun commentaire

Michel Blanc est agriculteur, sa femme vient de mourir. Le problème pour lui c'est plus l'aspect utilitaire que l'aspect sentimental, qui va faire à manger, qui va faire la lessive, qui va l'aider à la ferme ? Pour aller au plus vite, il décide d'acheter une femme en Roumanie en passant par une agence spécialisée. Ce qui au départ devait être un simple arrangement pour lui, devient plus complexe, il tombe tout simplement amoureux. Jolie romance qui manque quand même de rythme, Michel Blanc fait du Michel Blanc, il est donc parfaitement à l'aise dans le rôle d'agriculteur aigri et frileux à l'amour. A voir.

Classé dans : culture - Mots clés : aucun

Le poisson clown

Rédigé par Cyrille BORNE - - Aucun commentaire

C'est l'histoire d'un américain du genre gros plouc, qui vient de perdre ses parents, il part donc à la ville pour aller retrouver son frère. Il découvre que ce dernier est un truand, et lui pas choqué, va embrasser cette nouvelle vie pour faire le casse du siècle. Seulement notre campagnard garde quelques valeurs et les choses bien sûr ne vont pas se passer comme prévues. Bande dessinée finie en quatre tomes, bien menée, quelques rebondissements, à lire.

Classé dans : culture - Mots clés : aucun

La vérité ou presque

Rédigé par Cyrille BORNE - - Aucun commentaire

Karin Viard travaille pour la télévision, elle a une émission de télé autour des bouquins elle est mariée, a un enfant n'est pas vraiment heureuse en ménage puisqu'elle entretient une liaison avec François Cluzet qui est son ancien mari qui est désormais en couple avec la meilleure amie de Karin Viard, elle est enceinte. Tout ce beau monde va être chamboulé avec l'arrivée d'André Dussollier un écrivain homosexuel, qui va révéler certaines pulsions chez un des protagonistes, je ne peux vous en dire plus sans spoiler. Bien joué, assez difficile de savoir où le film veut nous entraîner, c'est prenant, à voir.

 

Classé dans : culture - Mots clés : aucun

Bloodborne, le retour de la poutre, épisode 2

Rédigé par Cyrille BORNE - - Aucun commentaire

J'ai dû je pense faire un bon tiers du jeu, peut être la moitié assez rapidement, je vais donc recommencer comme tout bon professionnel des souls qui se respecte pour affiner son personnage. Pas très difficile ou je suis trop fort et ce n'est pas une plaisanterie, on décrivait la difficulté du second et du troisième boss, j'ai fait le deuxième en trois fois, le troisième monstre en un coup. Il faut dire qu'on retrouve l'esprit du premier Dark Souls et qu'on a tendance à farmer comme un fou au détriment des choix qu'on pouvait être amené à faire dans le second ou les monstres ne faisaient pas de respawn, si bien qu'on monte son personnage pour en faire un bonhomme. Comme je le précisais dans le premier billet c'est beau mais pas extraordinaire, en outre c'est vraiment prenant, je pensais que le jeu vidéo et moi c'était fini, je suis pris par le jeu, pas une addiction, mais un vrai plaisir de gamer que je n'avais pas trouvé depuis un moment, ce qui montre bien qu'il faut un bon concept pour accrocher le gamer, ici c'est le défi, un défi juste, on ne meurt pas pour rien dans bloodborne, on meurt parce qu'on n'a pas été assez bon ou attentif. C'est vraiment plaisant, à un moment on tombe sur des personnages qui sont vraiment difficiles à tuer, il s'agit de gars qui ont des espèces de sacs, peut être un cadavre dedans, vous vous faites tuer et vous vous rendez compte que vous avez été enlevé pour être positionné dans un endroit plus difficile du jeu. On régulièrement pris en chasse par des chasseurs, enfin je suppose parce que pour comprendre l'histoire il doit certainement s'acheter un artwork, on va par exemple en trouver un en haut d'une tourelle qui vous canarde, il faudra aller le déloger. De la même manière si on revient sur le lieu dans lequel on a tué le second boss on voit un duel de chasseurs, il suffit de passer derrière pour tuer les deux ennemis, affaiblis.

Il est très difficile de se défaire de ses habitudes de Dark Souls, l'IA des monstres est assez radicalement différente, parfois assez imprévisible, on se fait marave assez régulièrement. Je vous donne quelques pistes pour le second boss qui est réputé comme difficile, il s'agit d'un chasseur comme vous qui va à un moment se transformer en monstre. L'astuce, qui n'est pas sans rappeler le dernier boss de Dark Souls premier du nom, ce n'est pas de se planquer derrière des pierres mais derrière des tombes, une fois qu'il a fini de s'exciter il suffit de le poutrer. Pour le troisième monstre, il s'agit d'une espèce de gros chien qui bouge dans tous les sens, comme le quatrième boss d'ailleurs, on trouve des compagnons qui aident quand même franchement bien pour lutter contre les boss, si bien qu'on laisse le copain se faire taper dessus pendant qu'on marave dûr par derrière, stratégie particulièrement limitée mais très efficace.

Je regrette fortement le mode coopératif, mais payer pour jouer en réseau est pour moi une hérésie, le jeu est déjà très bon en solo, on ose imaginer en multi-joueur, tant pis. Pour l'heure je vais me pencher un peu sur les builds, sur les caractéristiques, pour monter un personnage plus efficace. Ce qui est sûr c'est que la vie et l'endurance restent toujours au centre du jeu.

 

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

Ange & Gabrielle

Rédigé par Cyrille BORNE - - Aucun commentaire

Avec un titre aussi mauvais on se dit que ça doit être un film complètement pourri et c'est le cas, ce film est une grosse daube. La fille d'Isabelle Carré est enceinte, elle l'est du fils théorique de Patrick Bruel, celui-ci en effet reconnaît avoir eu des relations sexuelles avec sa mère, mais nie être son père. Le pseudo fils de Patrick Bruel refuse de prendre ses responsabilités et Isabelle Carré y voit quelque chose de génétique, elle va donc voir Patriiiiiick pour lui dire d'aller voir son fils, enfin le théorique et de lui expliquer la vie. Voici les bases d'un scénario débile où tout le monde joue extrêmement mal, pour un film très très nul.

Classé dans : culture - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles