Adieu Michu, de toute façon on ne t’aimait pas vraiment

11/04/2018 Non Par cborne

Je me suis donc farci l’intégralité de la page de lanargeek, les sites qu’il linke ce qui représente en gros la quasi-totalité de ce qui se fait en logiciel libre francophone. Ce qui est intéressant quand tu te fais tout d’un coup, c’est le côté frontal, tu prends tout dans la tête et ça te permet de tirer quelques conclusions d’ensemble.

État des lieux (je fais des paragraphes pour faire plaisir à Cascador)

Les blogs ne sont pas morts, ils sont nombreux à écrire. Le souci toutefois c’est le manque de régularité, on voit des gens sortir de leur pause au bout de trois ans puis repartir. Je pense que ce n’est pas une mauvaise chose. Comprenez pour avoir été un habitué du fait, à produire parfois jusqu’à trois articles par jour, on finit par rapidement écrire de la merde. Finalement blogueur c’est un peu comme chanteur, il arrive à certains de sortir un album tous les sept ans pour prendre le temps d’être inspiré, pour prendre le temps de trouver les mots. Ce qui pose tout de même problème c’est la visibilité, le gars qui pond un article tous les trois ans on ne l’attend plus. Est-ce que c’est grave de ne plus être attendu, un peu, quand on sort un album on espère qu’il sera écouté ou vendu c’est selon. J’en reviens avec un vieux concept de ferme de blogs ou de blog collaboratif même si c’est difficile, ah ben sinon il y a Medium, sauf que je ne miserai pas sur la présence de Medium dans trois ans.

Je suis une espèce en voie de disparition. Comprenez que le blogueur vulgarisateur qui va parfois juste expliquer comment on fait pour installer un paquet, c’est terminé. Aujourd’hui les blogueurs se séparent en deux grandes parties, les philosophes, les techniciens de haut vol, avec une grande majorité de techniciens de haut vol. Et cela va avoir quelques conséquences :

  • WordPress n’est pas le moteur le plus utilisé, ce sont des moteurs statiques comme Hugo. Les gars pondent leur prose et se foutent complètement d’avoir une réponse. En même temps à raison d’un article tous les trois ans, on peut fortement supposer qu’ils ne comptent pas sur le public. On sent qu’il s’agit de blogs qui sont de véritables bloc notes et où l’on n’attend pas d’échange véritable avec un quelconque auditoire. L’écriture est personnelle, ça peut servir un jour si on doit refaire, et éventuellement ça peut servir à quelqu’un. Il faut tout de même saluer l’effort de la publication, ça pourrait être effectivement pire avec une prise de note privée.
  • Les types sont des développeurs, des administrateurs systèmes, si bien que lorsqu’ils font un billet il faut un autre niveau que dpkg -i *.deb. Et cela va avoir deux conséquences qui sont notables. La première c’est que cela exclut complètement les pauvres gens du débat, la seconde c’est que cette génération de libriste n’a pas grand chose à voir avec l’ancienne, elle assume qu’elle n’en a rien à foutre de monsieur et de madame Michu par son attitude, sans le dire explicitement. Alors personnellement je ne trouve pas ça honteux, de la même manière qu’aujourd’hui j’ai tendance à être totalement indifférent devant mes collègues qui ont leur Word qui vient de crasher, leur Windows 10 qui vient de crasher, on a tout à fait le droit de ne pas avoir envie de se préoccuper du bas peuple. et de sa libération. Ce positionnement se retrouve dans les choix de développement. Avant quand on faisait semblant de penser à monsieur et madame Michu on codait des applications KISS en php même parfois sans base de données, en se disant qu’ils pourraient se libérer en utilisant ces services sur leur hébergement free ou pour les plus riches sur du mutualisé. Aujourd’hui on est totalement déculpabilisé, on code en GO, en python, en ruby dans le langage qui fait plaisir en direction d’un serveur dédié, parce que de toute façon le billet se destine uniquement à des gens qui ont des serveurs dédiés.

J’insiste bien sur ce point, il n’y a rien de mal là dedans, il faut toutefois comprendre que l’internet n’est pas la place pour les débutants dans le monde libre, elle ne l’est plus, car il est bien fini le temps où nous apprenions Linux ensemble et où la préoccupation première c’était de réussir à avoir le son sur son ordinateur. Pour ceux qui n’ont pas connu cette époque, Lionel qui est devenu plutôt philosophe du libre avait fait partie des premiers il y a une dizaine d’années à expliquer comment récupérer du son sur Ubuntu. L’époque a totalement changé, c’est à dire que ceux qui ont découvert Linux avec l’arrivée d’Ubuntu sont soit passés à la vitesse supérieure, soit ils sont passés à autre chose, soit ils ont stagné dans des connaissances qui leur conviennent, c’est tout moi ça. Comprenez par exemple qu’il me serait difficile de faire un tutoriel d’installation de Linux car c’est tellement évident pour moi que je ne sais même pas si mon tuto serait compréhensible pour un débutant, un terme qui ne veut rien dire car il y a une infinité de niveau. Et d’ailleurs ce propos, cette crainte de ne pas savoir vulgariser, Sébastien en a même fait un billet, où il explique que pour garder contact avec la masse, il n’a pas d’autre choix que d’aller la rencontrer physiquement, on va y revenir plus loin.

Avec une vulgarisation qui se perd, avec des services qui deviennent de moins en moins accessibles, libérer un individu c’est lui proposer une offre de services, c’est donc grosso modo lui proposer la même chose que le modèle propriétaire, avec une éthique théorique en plus, ce n’est donc pas vraiment le libérer. On n’est absolument pas prêt, il faut attendre que les CHATONS émergent, la libération est binaire : ceux qui sont capables de s’auto-héberger du début jusqu’à la fin, des gens qui ont désormais un niveau professionnel pour affronter un web où c’est bienvenue dans la jungle, ces mêmes gens qui vont être capables de proposer des services payants pour accueillir ceux qui veulent une autre informatique.

il s’agit de mon image préférée du moment, elle est aussi forte que l’adage qui dit que si c’est gratuit c’est vous le produit. On commence à la voir apparaître sur des tas de sites, les mêmes sites qui expliquent qu’il ne faut pas stocker ses données chez Dropbox mais que vous pouvez les mettre chez un CHATON parce que c’est pas pareil. Il va falloir quand même travailler les éléments de discours car c’est quand même limite suicidaire.

Et maintenant que vais-je faire ? Gilbert Becaud donne nous ta force !

Il faut savoir que Michu reste quand même mon quotidien mais dans le vrai plus que sur le net où je ne croise que des gens qui savent. Comme le fait remarquer Alterlibriste et comme l’ont confirmé d’autres, l’alternative Linux commence à devenir une possibilité, de plus en plus de gens évoquent Linux, savent de quoi on parle et veulent bien y passer surtout quand vous assurez le service gratuit. Je dois vous reconnaître quelque chose et je pense qu’on devrait tous s’y mettre, il faudrait qu’à chaque fois qu’on croise quelqu’un qui nous parle de Linux, lui demander qui lui en a parlé. Quand je vois des gens de mon entourage qui ne sont absolument pas intéressés par l’informatique, je ne sais pas d’où ils sortent l’information, je pense que c’est du bouche à oreille.

A l’heure actuelle toutes les personnes que j’ai croisées qui utilisent Linux sont dans deux catégories, les bourreaux, les victimes. Mon beau-père est sous Xubuntu, il est ravi, il ne sait même pas qu’il est sous Linux … Ça c’est le vrai monde des Michus. Mon beau-père je pense n’est pas une exception et rentre dans ce qu’on pourrait appeler dans le cadre de « famille de Geek ». Nous sommes nombreux à avoir installé du Linux pour nos parents, nos conjoints, nos gosses, par conviction bien sûr mais surtout pour avoir la paix. Alors que mon beau-père a un problème avec son téléphone Android tous les matins, son ordinateur fonctionne toujours. Frédéric s’interrogeait sur la problématique qu’entraîne le développement de Xfce sur une distribution comme Manjaro, je peux vous garantir que si c’est une faiblesse pour une distribution en rolling release, j’ai en face de moi le même écran depuis plus de cinq ou six ans avec l’environnement Xfce, ça rassure tout le monde. Alors que Windows 10 ne cesse de se renouveler, change son interface, met des lustres pour se mettre à jour, l’environnement minimaliste de Xfce, rapide, simple, avec de faibles mises à jour rassure les utilisateurs. Si l’on sort du cadre des familles de Geek, nos victimes, les gens que j’ai croisé sont soit des victimes d’autres Geeks avec des cas souvent délicats, celui de l’abandon, ou des bobos écolos gauchistes qui cherchent à changer leur façon de faire. Ils ont conscience que ça existe, certains essaient de l’installer, parfois réussissent, parfois échouent mais dans tous les cas de figure n’arrivent pas à s’en sortir sur les forums ou sur les sites qu’ils jugent trop difficiles.

Si les forums, les sites ont leur importance car ils permettent d’écrire des solutions, de communiquer à travers toute la France, il est impératif de privilégier l’aide locale et surtout de jouer la solidarité vis-à-vis des autres bourreaux, je m’explique. Comme j’ai pu vous le raconter je suis tombé sur une jeune femme qui s’est retrouvée bloquée dans une version plantée d’Ubuntu 14. Elle a été en couple avec un Linuxien, elle ne l’est plus mais mine de rien elle aura été une victime d’un Linuxien. De la même manière, j’ai installé des gens sous Linux, je suis parti ou ce sont les gens qui sont partis, il paraît légitime qu’un maillage de gens sur le territoire accepte de devenir le nouveau bourreau. On peut aussi prendre le problème à l’envers, à savoir tout simplement refuser de faire des installations et espérer que les gens se mettent à apprendre, on peut toujours rêver.

Dès qu’on a fait le choix d’installer du Linux, il faut être vigilant, organisé et surtout avoir bien en tête que les gens ne feront rien. Je m’explique encore. J’ai l’une de mes collègues qui est une bobo gauchiste écologiste, elle a acheté un PC d’occasion et m’a demandé d’installer Linux, ça ne se refuse pas. Cela commence à remonter à trois ans, et à l’époque j’ai fait une petite erreur stratégique :

Vous l’avez reconnu ? Et oui c’est une Handylinux, projet mort et enterré. Son ordinateur fonctionne parfaitement, le support est lié à Debian donc ça ne pose pas de problème particulier, mais on arrive quand même à la fin. A cette époque, pour un débutant, avec un peu de conviction, ça me paraissait une bonne idée. Ça me paraissait d’ailleurs tellement une bonne idée, que j’en avais collé sur le portable des gosses, des beaux parents, un peu tout le monde. J’ai récupéré son ordinateur cette semaine car j’avais du temps, il est désormais sous Xubuntu. C’est cohérent, je suis sous Xubuntu, tout le monde chez moi est sous Xubuntu, je la mets sous Xubuntu. Son ordinateur n’aurait pas eu la capacité de passer le système, je l’aurai installé sous Debian Xfce. La prise en charge du Michu doit être locale, complète et il faut penser à l’avenir du Michu pour qu’il ne se retrouve pas dans l’impasse.

Si l’on suit donc mon raisonnement, sur l’internet bon ben on aura compris que Michu est banni, si on veut faire du Linux avec Michu ou du libre c’est en face à face. Répondons donc à la question de Gilbert, et maintenant, que vais-je faire ?

RIEN

Il faut savoir que si à une époque, j’ai pu avoir pour idée de changer le monde, ce n’est plus le cas aujourd’hui, si je fais le choix Linux c’est qu’il m’arrange ou qu’on me l’a vivement demandé. Comme je l’ai fait remarquer plus haut, le beau-père, ma femme, mes gosses sous Linux, ça m’arrange. Pas de plantage, peu de logiciels qui une fois qu’ils sont maîtrisés on fait globalement ce qu’on veut. Si j’ai mis mes ordinateurs au lycée sous Linux ça m’arrange. Une mise à jour tous les trois ans, la boîte de prestation peut jouer tout ce qu’elle veut avec le serveur Windows, moi j’ai mes PC qui tiennent la route et qui ne bougent pas. Il faudrait que je vois à perfectionner le système en trouvant un système de kiosk parce que j’ai des gamins qui jouent avec les icônes. Si je donne 35 ordinateurs sous Linux c’est parce que ça m’arrange. Quand on sait que les associations ne se déplacent pas pour mes ordinateurs, je suis bien content d’avoir trouvé des gens qui me les prennent et qui auront la capacité de les faire vivre. J’utilise Linux parce que c’est fun, parce que ça marche bien, parce que l’univers Microsoft me gonfle, parce qu’avec Linux j’y trouve mon compte.

Je ne fais rien de plus que ce que j’ai envie de faire, et dans ce que j’ai envie, dépanner des gens qui sont déjà sous Linux ou des gens qui me le demandent. Pour la réparation Windows, j’envoie chez l’assembleur, il faudrait d’ailleurs que je trouve des gens honnêtes à Pézenas ou un auto-entrepreneur. Pour moi Michu c’est un peu fini, Michu je l’aimais bien mais Michu de toute façon ne comprend rien au libre, et dans le fond n’a pas vraiment envie de s’y intéresser. Désormais pour moi Michu c’est soit Victime, et il est important de respecter les victimes de ses collègues, soit Bobogauchiste qui a un côté sympathique dans ses convictions.

FAUT IL ABANDONNER LE SOLDAT MICHU ? BIEN SÛR QUE NON !

Il y a quand même quelques combats qui méritent d’être menés dans l’éducation de Michu et peut-être pas là où on croit. Iceman disait dans le forum qu’avant d’expliquer quoi que ce soit, il fallait expliquer l’ordinateur et je pense qu’il a grandement raison. Un bel exemple :

J’ai laissé un commentaire pour dénoncer le produit qui devrait être interdit à la vente. Il s’agit d’un appareil à 32 Go d’espace disque partagé avec Windows ce qui laisse supposer que si la mise à jour est trop grosse l’ordinateur ne pourra pas l’installer, l’appareil n’a qu’un giga de RAM donc il va swapper, la résolution est de 1024 ce qui est tout simplement impossible en 2018. Pierre Lecourt fait un article assez virulent sur le modèle Thomson qui a eu son petit coup de pub ces derniers jours avec un article de journal qui a pu le tester en avant première et qui n’est absolument pas objectif. Quelques sites en ont parlé, un ordinateur pour les débutants ou les enfants, mais personne n’a dit ce que Pierre a dit à savoir qu’il ne faut en aucun cas acheter ce genre de modèle.

La grande cause n’est pas forcément où on la croit, ce n’est pas quitter Facebook, ce n’est pas migrer sur Diaspora / Mastodon, ce n’est peut-être pas jeter dans les toilettes toutes les technologies propriétaires mais commencer par faire de l’achat responsable. A 99 € des centaines de litres d’eau utilisés, du carburant pour le faire venir des usines d’Asie, des matières plastiques pour un appareil qui risque d’être rapidement inutilisable. Je vois le défilé des articles qui dénoncent les pratiques de Facebook, un seul homme qui se dresse contre ce genre de produit obsolète à la sortie du carton. Je trouve que Pierre est un peu seul sur ce coup et qu’il serait temps de faire une levée de bouclier face à ces appareils jetables qu’on voit apparaître de plus en plus souvent.

Je regrette que Pierre n’évoque pas le marché de l’occasion, j’espère qu’un jour quelqu’un lui fera une offre de partenariat un peu solide. Il ne s’agit pas d’une critique, le travail réalisé sur Mini Machines est exceptionnel, un seul homme, un des derniers blogs informatique indépendant pédagogique, vulgarisateur avec malheureusement un business model basé sur des nouveaux produits. A 99 € il vaut mieux se tourner vers le marché de l’occasion, ou payer plus cher pour avoir un produit de meilleure qualité. Michu sur le net a peut-être davantage besoin de conseils pour éviter les pièges que de tutoriaux pour lui expliquer comment passer à Linux.

Non il ne faut pas abandonner ce brave Michu, mais plutôt que de lui bourrer le crâne, l’inviter à devenir un rebelle du libre, le guider vers une informatique plus saine, une informatique dans laquelle il n’a pas besoin de tous les gadgets débiles du monde pour exister, une informatique où l’occasion ce n’est pas sale, une informatique plus simple qui peut éventuellement passer par Linux et le logiciel libre. Il ne faut pas pousser Michu dans le maquis dès le premier round, il faut éveiller sa conscience sans le bousculer.