Acheter d’occasion, pas toujours la bonne affaire

15/11/2017 Non Par cborne

Je suis à une période où je m’interroge sur mon avenir de gamer. J’ai peu de temps, j’ai même l’impression d’en avoir de moins en moins, je prends de moins en moins de plaisir à jouer. Je rajouterai à cela que les annonces autour d’une sortie de la PS 5 m’ont quand même bien refroidi et que je suis un grand psychopathe du changement, ce qui n’est pas fait pour aider. Imaginer un retour au jeu sur PC fait certainement partie du domaine du possible. Jouer sur ma machine, un dual core à 4 Go de RAM, limite fortement les possibilités en terme de jeu vidéo, Minecraft éventuellement, pas plus.

Quand j’achète ces derniers temps, c’est de l’occasion, et je dois reconnaître que ma tour payée 40 € m’a donné pleinement, me donne pleinement satisfaction. Désormais de façon systématique, des machines professionnelles, j’y gagne des boîtiers bien faits, silencieux, des machines cohérentes. Le silence, c’est désormais la donnée la plus importante pour moi, je ne supporte plus le bruit de ventilation. J’ai acheté par Ebay ceci : Fujitsu ESPRIMO P700 E90+ – Core i3 2120 3.3 GHz – 8 Go – 320 Go pour le prix de 99.90 €, ce qui sur le principe n’est pas une mauvaise affaire. Le passage à 8 Go de RAM se sent, notamment avec la masse d’onglets ouverts, je récupère de plus des options de virtualisation qui n’existaient pas sur le processeur en dual core. Au moment où je vous écris, j’ai 71% de ma RAM occupée avec des dizaines et des dizaines d’onglets ouverts, j’ai nettement gagné en confort. Je précise que la machine précédente n’était pas compatible avec 8 Go de RAM, une limitation de la carte mère. Voici à quoi ressemble la machine.

vous noterez la vraie classe du claquettes, chaussettes, on a du goût ou pas.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, même si vous êtes fascinés par mes chaussettes, il s’agit d’une tour d’aspect standard. J’évite de façon systématique les boîtiers slims ou bizarres, car on se retrouve avec des alimentations qui coûtent un bras. Il faut de plus trouver les cartes en low profile pour qu’elles soient compatibles, pas la panacée. Miser sur le boîtier standard c’est garantir des facilités de remplacement et d’évolution du matériel, sans compter malheureusement sur la stupidité du constructeur …… Je reconnais que sur ce coup c’est ma faute, j’aurai dû essayer de trouver des photos de derrière, faire davantage de recherches sur le net, mais ça paraissait sur le coup comme étant une réelle évidence.

Voici les quelques objets du délit :

Si vous connaissez un peu l’informatique, la première chose qui saute aux yeux c’est la courte taille du connecteur d’alimentation, et c’est un problème, c’est à dire que le connecteur de la carte mère fait effectivement 16 pin et pas 20 ou 24 comme c’est le standard. Il aurait été bien sûr trop facile d’imaginer que laisser les connecteurs de trop dans le vide suffit à alimenter la carte mère, trop facile effectivement. On se retrouve donc avec une combinaison magique carte mère alimentation propriétaires qui vont ensemble, avec une alimentation vendue à, roulement de tambour : entre 90 et 100 € soit le prix de la machine. Autant dire que ce n’est même pas la peine. Je vous en montre un peu plus pour vous expliquer l’étendue des dégâts.

Si vous regardez l’alimentation, on est sur du 11 V en sortie, ce qui est encore du spécifique, puisque d’habitude l’alimentation est de l’ordre de 5 V. En fait, si j’ai tout compris, il envoie la pêche électrique à travers la carte mère et c’est ce connecteur que vous voyez derrière le SATA qui alimente l’ensemble des périphériques : disque dur, lecteur optique. Des gars se sont lancés dans des bricolages de folie, vous apprécierez d’ailleurs le titre, « stupid fujitsu 12v only psu 16pin connector », d’après un des protagonistes du post, il semblerait qu’avec une alimentation classique et un convertisseur 24 à 16 pin qui existerait pour les alimentations DELL, ça a l’air de tourner. J’ai vu aussi un Russe sur internet qui avait rajouté une alimentation en 12 V externe et mis des fils supplémentaires du genre de ceux qui facilitent les départs de feu. Personnellement je ne me lancerai pas dans un exploit, j’attendrai le décès de la machine avec une tour de réserve au cas où.

Ce qui est intéressant sur le principe, je dis bien sur le principe, dans un PC c’est la récupération des pièces. Le processeur, un sandy bridge, possède un socket LGA 1155. La moindre carte mère est de l’ordre de 60 € ou j’ai franchement mal cherché. Cela signifie que si je voulais éventuellement récupérer le processeur, pour le mettre dans une autre carte mère, il faudrait que je change l’alimentation mais …

Il faudrait que je prenne une photo de dos mais j’ai la flemme, vous allez comprendre. Si vous regardez ma main, vous pouvez voir qu’il manque quelques centimètres pour que l’alimentation arrive au bord du boîtier. Non seulement l’alimentation a une connectique et une tension particulières mais elle possède des dimensions particulières avec un boîtier qui n’est pas non plus standard. En fait, l’emplacement des quatre vis n’est pas à l’endroit spécifique si bien qu’il faudrait faire des trous pour fixer l’alimentation. Si on regarde de plus le bas, la plaque sous laquelle sont astucieusement placés les disques durs, je suppose qu’on ne peut pas faire rentrer de carte mère qui n’aurait pas exactement les mêmes dimensions.

De façon synthétique :

  • si l’alimentation meurt, je dois payer 100 € pour conserver la même architecture
  • si je veux faire évoluer l’ensemble, je suis obligé de changer la carte mère, le boîtier et l’alimentation ce qui m’entraîne quasiment vers un changement complet de machine.

Moralité : le jour où l’alimentation claque, je vends la machine une misère sur le bon coin pour quelqu’un qui aurait la pièce de son côté ou elle reste dans mon garage jusqu’à une opportunité. J’ai horreur de vivre avec l’idée de l’épée de Damoclès au dessus de la tête, j’ai des alimentations d’avance chez moi, si ça claque, je change dans la minute.

Nous sommes ici dans le cas typique de la problématique d’un constructeur qui ne fait pas du standard, ce qui est une erreur. La machine est datée de 2011. A cette époque on n’était pas encore ancré comme actuellement dans la notion de réparation mais tout de même, un minimum. Si l’industrie du PC veut sortir la tête de l’eau, il faudrait au moins qu’elle commence par ici, alors que les smartphones, les tablettes et ce genre d’appareils, sont résolument jetables, il n’est pas compliqué de réparer un PC encore faut-il que le constructeur le veuille bien. Nous sommes face à une occasion qui finira à la poubelle car elle me coûterait plus cher à réparer que si c’était du neuf, qui sera d’ailleurs peut être mon prochain achat. La machine d’occasion dans ma gamme de prix et de performance, c’est de l’ordre de 150 € avec des composants dont finalement je n’ai pas besoin, le SSD par exemple, ou le lecteur optique. Entre 250 et 300 €, je suis dans le neuf, ce qui veut dire que ça peut se réfléchir. Je vais laisser vivre cette machine, le temps que son alimentation me laissera tranquille, j’espère que cela se comptera en années, les prix, mes envies, mes besoins, auront certainement évolué.

Pour finir ce billet :

  • Le bon coin, j’y vais de moins en moins pour l’informatique, ce n’est pas intéressant. Les gens vendent leur PIV à 130 € car ils l’ont payé une fortune il y a dix ans. Je n’ai que faire de la nostalgie des gens, aujourd’hui un dual core avec 3 Go de RAM et 160 Go de disque dur c’est pour moi 70 €. Les bons plans pour l’informatique d’occasion, c’est toujours ebay, et les brokers informatiques, plusdepc pour ne citer que mon voisin Biterrois.
  • Il faut quand même rappeler la force de Linux, il m’a suffit de simplement déplacer mon SSD pour le remettre dans la nouvelle machine et me retrouver à l’endroit où j’en étais resté. Avec Windows, non seulement il aurait crashé au niveau des drivers vous demandant une réinstallation, mais en plus il y aurait eu le problème de la clé PC.
  • Je vais peut-être me réinstaller une partition Windows pour faire tourner quelques jeux, j’ai certainement besoin de ça pour m’écoeurer et me dire que finalement, la PS4 ce n’est pas si mal ou arrêter de façon définitive le jeu vidéo.
  • Dans un article paru sur minimachines, Pierre explique que si l’industrie du PC ne relève pas la tête c’est que tout simplement il n’y a plus d’innovations majeures depuis le SSD. C’est une partie du problème, mais effectivement c’est notable. A part dans le cadre d’une utilisation extrême de, l’ouverture de 60 onglets dans mon navigateur, le changement de machine est totalement transparent.