Pourquoi votre distribution Linux ne sert certainement à rien

Rédigé par Cyrille BORNE - - 15 commentaires

Nous sommes en 2017 et si on devait dresser la situation de Linux en France voici ce qu'on pourrait dire :

  • comme on a pu le lire dans CanardPC, Linux a réussi partout sauf sur le poste client, ça n'a pas grande importance.
  • comme on peut le lire ici, les Linux dans le mobile ou par extension les systèmes libres dans le mobile c'est mort. C'est un problème, ça veut dire que pour quelqu'un qui veut rester libre c'est au mieux une ROM à base d'android modifiée avec un dépôt alternatif pour échapper plus ou moins mal à Google. Je rajouterai une couche pour dire que les perspectives ne sont pas engageantes et que rien ne semble vraiment se dégager et du côté des constructeurs qui n'ont pas d'intérêt à miser sur une alternative quand on a vu que même Microsoft s'est pris un four, et du côté des développeurs où personne n'arrive pour une raison qui m'échappe à faire des roms plus ou moins standard qui s'installent sur tout et n'importe quoi.
  • les nouveaux bios sur des machines bon marché où Linux serait au top, je pense au portables légers en 11.6 avec 32 Go de stockage en SSD qu'on voit désormais à moins de 160 € posent des problèmes majeurs pour l'installation de Linux et là encore on n'a pas l'impression que ça avance vraiment.

D'un point de vue technique et d'un aspect globalement objectif on a la sensation que Linux s'enferme dans les solutions de type serveur, dans les appareils plus anciens ou dans des appareils que veulent bien nous vendre des constructeurs comme Dell qui a fait son beurre avec Ubuntu mais que Linux ne sera jamais une solution grand public avec la problématique d'un grand public qui ne s'arrête plus aux ordinateurs mais à des appareils différents.

D'un point de vue personnel, voici comment je juge la situation sur plus de douze ans de Linux personnel : l'euphorie est passée à tous les niveaux . Moins de blogs, moins de forums, moins de partage moins d'envie de façon collective en tout cas sur la toile, je n'ai pas assez de recul sur le terrain, je sais que l'association Montpel'libre pour lire les échanges par mail, fait beaucoup de choses et est très sollicitée ce qui veut dire que paradoxalement alors qu'en terme de communication ça se réduit, on a certainement une prise de conscience liée au ras le bos collectif de la dictature des grosses boîtes, on a besoin d'acteurs dans le libre.

Comment expliquer ce qui me paraît comme un abandon de la communication, de l'engouement, dans le logiciel libre francophone ?

  • qu'on trouve des abrutis dans la communauté francophone, des gens excessifs, des gens sans humour, c'est un fait, mais ce n'est certainement pas un critère. Si vous montez un blog cuisine vous aurez toujours quelqu'un pour vous expliquer que vous faites n'importe quoi, c'est le propre de la communication publique, vous écrivez, vous êtes critiqué. Pour l'avoir vécu, on a certaines périodes dans sa vie où l'on supporte les choses plus ou moins bien, des moments où on aimerait convaincre, des moments où on est écoeuré qu'un triste connard sous couvert de son anonymat vous souille et puis il y a les stratégies, j'en connais une très bonne : modération. Pas que la modération des autres, la sienne, on va pas sauver le monde, ça ne mérite pas de s'emporter pour si peu.
  • Linux marche de mieux en mieux, il y a de moins en moins de problèmes à résoudre quand à une époque solutionner des problèmes pouvait faire pondre trente billets de blog par jour pour des choses simples comme avoir le son, aujourd'hui dans la grande majorité des cas quasiment tout est out of the box, jusqu'à des distributions dédiées comme yunohost qui vous font le travail dans l'auto-hébergement.
  • un passage à autre chose pour les plus anciens, que ce soit la paternité, le monde du travail, le jardinage et j'en passe, ce qui pour certains était une passion s'est simplement transformé en un outil comme un autre. J'ai fait tous les stades de Linux en passant par le barbuisme complet en étant Stallmanien, je perçois le libre aujourd'hui comme un outil parmi d'autres, un outil pour qui j'ai plus d'affection tout de même. Pour les nouveaux, d'autres moyens d'expression ou pas de moyen d'expression, peut être plus de liberté et moins de culpabilité dans le sens où utiliser Facebook et utiliser Ubuntu ce n'est pas incompatible, ce n'est pas choquant et c'est certainement eux qui ont raison, la liberté avant tout de faire ce qu'on a envie de faire.

Tout ce qui va suivre est purement personnel. J'ai fait beaucoup de prosélytisme, j'ai fait beaucoup d'installations chez les uns et chez les autres, j'ai surtout donné beaucoup de mon temps gratuitement pour aucun retour sur investissement. L'expression est mal choisie, elle supposerait que j'étais dans l'attente de quelque chose, c'était mon cas, j'ai pendant longtemps installé du Linux chez les uns et chez les autres dans l'idée de me dire que ces personnes finiraient par s'intéresser à Linux. Un seul collègue sur les centaines d'installations réalisées s'est réellement intéressé à Linux.

Mon positionnement est simple, j'évite de parler d'informatique, ça m'évite d'avoir des gens qui me harcèlent, quand les gens réalisent que je suis un bonhomme et que je dois réparer je ne propose plus Linux, je me contente de réparer Windows. Pourquoi ? Car finalement la réparation d'un Windows je vais la faire une fois sans entretien, les gens se sentent honteux de me ramener un Windows qu'ils ont pourri une seconde fois, ils vont ensuite chez le professionnel. Pour Linux c'est totalement différent, je suis responsable du Linux sur leur ordinateur, je dois donc assurer le service et c'est un service qui coûte. A l'heure actuelle je n'installe Linux que pour :

  • ma famille. D'une manière ou d'une autre je vais être obligé de m'occuper du parc parce que c'est ma famille, donc autant mettre quelque chose que je maîtrise, quelque chose qui ne me posera que peu de problèmes et qui répond aux besoins. Debian donc, une solution stable, robuste, riche qui se met à jour tous les trois ans et qui tourne parfaitement sur la grande majorité des ordinateurs.
  • mon boulot, dès que je peux placer un poste sous Linux je le fais, c'est autant de problèmes de moins que je rencontrerai par rapport à des postes Windows à partir du moment où ceux-ci ont la capacité de répondre aux besoins. Le besoin à l'heure actuelle c'est de créer des clients légers qui permettent de prolonger la vie de vieux ordinateurs, mettre du Linux de partout avec des gens qui sont addicts à des produits Microsoft n'aurait pas de sens ça changera peut être demain si un ministre quelconque annonce que la fête est finie et qu'on passe désormais dans tout ce qui est libre.

Moins d'ordinateurs, moins de communication, moins de possibilités d'installation, plus de méfiance face à des utilisateurs qui peuvent devenir de véritables gouffres temporels, qui est l'utilisateur de Linux, à mes yeux en 2017 : une victime d'un power user qui ne sait même pas ce que c'est Linux, les powers users qui savent très bien ce qu'est Linux et qui l'utilisent dans leur quotidien. Je m'inscris parfaitement dans la catégorie des powers users qui ont par exemple plus de 450 utilisateurs Linuxiens au quotidien et où quasiment aucun ne sait à quoi ça correspond.

Donc les gars qui savent, on va complètement oublier les gars qui ne savent pas, d'une manière ou d'une autre ils ne contrôlent rien, ils peuvent être 12 milliards ça ne changerait rien, ils ne servent à rien.

Voici pour moi les distributions qui ont du sens et de justifier, je ne parle que du bureau ou presque et pas des distributions spécifiques :

  • Debian est la distribution que j'utilise, j'ai passé l'âge de réclamer le dernier logiciel à la mode, j'utilise un matériel ancien de façon générale, je n'ai pas le temps ni l'envie d'aller balancer des mises à jour pour avoir la dernière version disponible des logiciels. Nous sommes plusieurs dans ce cas là, je sais par exemple que dans mes relations ils sont plusieurs à utiliser du sid, ça fait partie des choses que j'ai du mal à comprendre mais que je peux comprendre, les gars ils sont tellement ceinture noire de Debian qu'ils peuvent se permettre de se déplanter quand ils sont coincés.
  • Je me fous souvent des archers en disant que ce sont des gars prétentieux mais leur choix peut se justifier, il s'agit de gens qui veulent une rolling release, on a le droit d'avoir 20 ans et de penser que la version alpha 12 va tout changer par rapport à l'alpha 11. Ce n'est pas ma tasse de thé mais je peux le comprendre.
  • Une distribution comme Ubuntu a du sens, elle est out of the box et a de bonnes chances d'être compatible sur une machine plus récente. Une masse de paquets conséquente, des innovations qu'on aime ou non, unity, wayland ou même les snaps, Ubuntu fait quelque chose. Par contre l'intégralité de ses forks ne sert absolument à rien, les elementary, les mint et le reste c'est de la plaisanterie. Pourquoi ? Ces distributions n'apportent rien de plus si ce n'est un agencement différent, il n'y a pas de vrai développement propre dans ces distributions à part quelques rares logiciels qui font office de poudre aux yeux. On pourrait me citer les environnements de bureau qui vont avec, c'est autant d'énergie dispersée pour rien qui aurait pu être placée dans les gestionnaires de fenêtres existants. Ubuntu si la situation se poursuit, à savoir qu'elle n'a pas la capacité de se développer sur smartphone ou ne s'installe pas mieux sur des ordinateurs récents, risque de ne servir à rien par rapport à une Debian, c'est donc pour une distribution en danger.

Et pour le reste ... un c'est de la merde Jean-Pierre Coffien serait certainement exagéré néanmoins j'attire votre attention sur le véritable apport. La mode à l'heure actuelle serait de tirer sur Mageia, c'est super tentant de le faire, mais les gars en ont marre de ne pas arrêter de mourir depuis Mandrake, une certaine lassitude s'impose. Néanmoins le cas est intéressant : qu'apporte aujourd'hui une Mageia quelconque par rapport à une Ubuntu ? Rien de plus. Vous trouverez tout chez Ubuntu en mieux, y compris la communauté francophone plus importante qui jusqu'à maintenant donnait une justification à l'existence d'une distribution comme Mageia. Distrowatch année 2016: 

  1. Mint sert à rien
  2. Debian sert à tout
  3. Ubuntu pourrait bientôt ne servir à rien
  4. openSUSE sert à rien
  5. Manjaro sert à rien, ils ont qu'à être des bonhommes et installer arch
  6. Fedora a été une distribution inovante pendant des années, plante trop pour être mise en prod
  7. Zorin sert à rien
  8. elementary sert à rien
  9. CentOS sert à rien ils ont qu'à coller debian
  10. Arch sert à des gars fous furieux qui veulent être au sommet du paquet
  11. deepin sert à rien
  12. Mageia sert à rien
  13. PCLinuxOS sert vraiment à rien
  14. Ubuntu MATE sert à rien
  15. Android-x86 sert à rien, ils ont qu'à se payer une tablette ou un chromebook
  16. Antergos sert à rien
  17. Slackware sert à rien
  18. LXLE  sert à rien
  19. Lite sert à rien
  20. Lubuntu sert à rien c'est super lourd et si on veut mettre un Linux sur un vieux PC on met debian qui est adaptée. Il est à noter que la distribution légère, même puppy linux commence à servir à rien, sur du PIV qui se trouve presque gratuitement en machine de base, une debian tourne correctement.

Ça c'est mon discours, on verra certainement des gars se suicider ou pas dans les commentaires pour venir apporter des tonnes de justifications pour expliquer pourquoi leur distribution est réellement formidable, qu'elle va enterrer les autres et que je suis le roi des abrutis pour dire que je ne vois pas la lumière.

Il y a quelques précisions que j'aimerai apporter à mon discours.

  1. ce n'est pas parce que je pense que votre distribution est totalement inutile, que je vous empêche de l'utiliser, je sais je suis trop bon. J'espère d'ailleurs que vous êtes heureux avec car c'est ce qui compte dans l'histoire. Comme expliqué, tout ceci manque de modération, manque de recul, les gars s'agacent pour des distributions Linux comme si on avait traité leur mère, je plains ces gens qui s'énervent c'est dire la pauvre vie de merde qu'ils ont pour s'engrainer sur un logiciel.
  2. je ne juge en aucun cas la multiplication des distributions Linux. Si ça éclate des gens de faire des distributions à base de RPM, de faire un énième fork d'Ubuntu pour y faire un nouvel agencement avec un site internet complet et précis pour dire que c'est top, si c'est leur plaisir ça ne fait absolument de mal à personne. On pourrait regretter le temps passer à "coder" un truc inutile, parce qu'il n'y a pas vraiment de code, plutôt une fabrication de paquets serait plus juste, mais ce serait porter un jugement de valeur sur ce que font les gens, on serait certainement tous plus utiles dans des associations de bénévoles.

Malheureusement pour vous l'avenir me donnera raison à plus ou moins long terme et votre distribution va disparaître pour de nombreuses raisons évoquées plus haut et quelques autres, comme le fait que savoir coder, c'est certainement plus rentable d'aller le faire sur iphone ou sur android. Quelques épisodes dont je tairai le nom me font dire qu'il n'y a plus de places pour les petites distributions et que seules les plus grosses, comme les gros projets libres d'ailleurs survivront. N'ayez donc pas honte de rejoindre le camp des vainqueurs, debian en fait partie, vous aurez essayé, vous avez tout simplement misé sur le mauvais cheval, c'est arrivé aux meilleurs d'entre nous et même au meilleur d'entre nous, moi pour n'en citer qu'un.

A quoi sert une distribution si elle est en RPM me disait un Linuxien bras ouverts coeur serré ?

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

Découper une image pour faire un poster

Rédigé par Cyrille BORNE - - 1 commentaire

Je me suis retrouvé confronté au problème suivant, un ensemble de fichier pdf représentant chacune une affiche A4 à transformer en poster.

  • étape 1 : convertir les fichiers pdf avec la commande :convert -density 600 *.pdf *.jpg
  • étape 2 : pour réaliser la planche contact, j'ai utilisé le logiciel Xnview MP, il se trouve que gthumb n'a pas été capable de le faire de façon simple c'est à dire se contenter d'assembler les images qui font toutes la même taille sans me poser des espaces. En fait gthumb a le défaut de viser une page dans un format déterminé ou j'ai raté un épisode si bien qu'il va avoir tendance à mettre des blancs entre les images ce qui est idiot puisque l'imprimante après est capable de se débrouiller pour agrandir ou réduire et faire rentrer dans la page qui va bien.
  • étape 3 : PosteRazor est le logiciel de référence pour ce genre de réalisation, il permet de couper une image dans un certain nombre de pages et là encore c'est problématique puisqu'il coupe en un format donné, une page A3. Comme on peut le voir dans les images ci-dessous, ça fait des blancs qu'il faudra découper par la suite à la main. En gros, quand je cherche à couper en 4, lui me le coupe en 4 avec un nombre de pages A3 qui va bien alors que si j'ai quatre images de même taille, il suffit de les imprimer, l'imprimante se débrouille. C'est d'ailleurs assez étonnant de constater que le logiciel veut tellement bien faire qu'il en oublie que le hardware est capable de se débrouiller.

La solution n'est donc pas satisfaisante je me suis retourné vers une solution pas top dans l'urgence car c'était le cas, un service qui permet de couper une image dans une taille demandée.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

C'est pour mieux te déréférencer mon enfant : fermeture du forum

Rédigé par Cyrille BORNE - - 13 commentaires

Lorsque j'ai démarré ma grande carrière c'était en l'an 2000 et c'était des forum. Je m'intéressais au domaine de la vidéo numérique, à l'époque on comptait peut être moins de 6 forum traitant du thème, planetenumerique par exemple faisait partie des références, et le rippack de Bruce Heller permettant de pirater les DVD sous le manteau, nous en sommes à peine aux balbutiements de l'ADSL, le p2p n'est pas arrivé ni les blogs. Le forum a toujours été une tradition dans tous les sites que j'ai tués, une habitude. Depuis quelques années on constate que les forum disparaissent au même titre que les blogs, les forums c'est certainement pire d'ailleurs car cela correspond véritablement aux communautés d'entraide. Comprenez que ce n'est pas sur Facebook que vous allez dépanner votre debian ce qui montre quand même quelque part que le malaise va plus loin que le support, le malaise est aussi lié à une baisse d'entraide collective. Il est beau ce web où l'on compte des millions d'amis sur facebook et où tu trouves plus un gars pour t'aider à compiler ton kernel ou réparer ta voiture.

Plaisanterie mise à part ça reviendra mais sous forme de réseaux spécialisés, j'en suis certain. J'ai fermé le forum pour trois raisons, tiens ça faisait longtemps :

  1. le forum est mort et ne se justifie pas, même si nous sommes quelques uns à être très compétents dans pas mal de domaines, une aide en Linux sera plus légitime, ailleurs, allez au hasard je cite debian-facile en vous proposant le moins pire. Des gens sympatiques, une bonne ambiance, mais des réponses parfois inadaptées ou trop dans la gaudriole. Le jour où les administrateurs des forums debian francophones vont prendre conscience qu'il serait une bonne chose de fusionner les communautés pour ne garder que le meilleur d'entre elles, ça tiendra du miracle. Oui, car les gros pointus en debian sont majoritairement des gens sans pédagogie, arrogants, c'est le propre francophone de cette distribution. Le moins pire donc, je préfère des gens moins savants mais plus sympa, je préfère mieux ramer que de me faire traiter comme un chien.
  2. j'avais placé des tutoriaux qui apparaissent dans la rubrique technique du blog d'où les 50 articles quasiment que vous voyez passer depuis hier soir dans votre flux RSS, je viens de finir en ce mercredi après-midi, moment où j'écris ce billet. Je pensais qu'avec les tutos, ça ferait venir du monde, que ça réagirait, bon ben ça n'a rien fait de plus, si bien que je préfère mieux concentrer tout ce qui est public ici.
  3. Le moteur de forum mybb, pourtant à la pointe des moteurs de forum, c'est de la merde comme la quasi totalité des moteurs de forum en php / mysql qui n'ont absolument pas su prendre le virage du responsive. Ils n'ont tellement pas su prendre le virage du responsive qu'on se retrouve avec des gens qui ont fait des applications comme tapatalk afin d'une part de centraliser les différents forum, on y revient toujours à la centralisation salvatrice et d'autre part apporter à des moteurs de forum qui ne sont toujours pas capables de le faire en 2017, de présenter sous forme responsive. La version 2.0 de mybb n'est pas une arlésienne, ce serait faux de le dire, mais arrive certainement trop tard. Jusqu'à maintenant tout ce que j'ai pu voir en responsive au niveau des thèmes, c'était bugué ou payant ou les deux.

Avec un positionnement qui est simple, conserver le contact avec des gens que fréquente pour certains depuis plus de 15 ans à travers les forum, j'ai opté pour humhub. Petite présentation rapide sur ce site. J'ai installé facilement Humhub depuis softaculous présent depuis le cpanel d'o2switch. Souvenez vous, j'avais fait la tournée des trucs sociaux il y a quelques mois, et depuis ça a fortement évolué. Par exemple, on va trouver désormais directement dans softaculous GNU Social qui a enfin remplacé status net. Pour moi c'est intéressant, ça me permet d'éviter toute forme de maintenance puisque les mises à jour se font de façon automatique.

La présentation de humhub est celle d'un réseau social classique, façon diaspora, on peut créer des espaces et les dédier, ici c'est l'espace fourre tout qui est un classique de mes parties privatives dans les forum, comme on est quelques profs de maths, on a l'espace maths qui évite de parasiter les gens qui s'en foutent complètement. C'est d'ailleurs certainement ici que réside l'intérêt suivre des espaces plutôt que des personnes, ça permet de mieux hiérarchiser les contenus. Bon en même temps si on arrive à 50 pèlerins ce sera le bout du monde, mais c'est sans importance.

Le programme est donc simple d'accès, propre et surtout responsive, il marche même avec Windows Phone quand Android et Mac possèdent leurs propres applications. J'ai peiné en outre sur Windows Phone pour trouver un navigateur qui arrive à uploader des photos, edge n'y arrive pas, opera c'est tout pourri, j'ai découvert Monument Browser un navigateur développé par Marcelo de Souza, un navigateur qui n'est pas en carton. Alors oui, je fais effectivement mon meilleur jeu de mots de 2017, mais non seulement il est capable de gérer la grande majorité des sites sans problèmes mais en plus il embarque un adblockeur faisant de lui un produit unique dans les navigateurs Windows Phone.

Je vais envoyer quelques invitations, pas à tout le monde partant du principe qu'il s'agit d'une partie privée, je suis globalement satisfait de mon dernier j'ai tout cassé qui me permet d'affiner un peu mieux mes outils et ma façon de faire.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

choisir un produit en 2017, quelle complexité !

Rédigé par Cyrille BORNE - - 21 commentaires

J'ai ma très noble LBP1120 qui donne des signes de faiblesse, pour ceux qui ne savent pas ce qu'est la LBP1120, il s'agit d'une imprimante Laser Canon que j'ai acheté à moins de 150 € il y a une dizaine d'années et qui propose à moins de 30 € un toner monochrome de 2500 pages. A domicile c'est simple, je n'imprime quasiment rien car j'imprime tout au lycée, nous avons une Epson Stylus XP 205 qui fait scanner et couleur en jet d'encre, ma femme n'imprime pas si souvent en couleur si bien que ça a tendance à sécher, je pense qu'il devient judicieux de s'intéresser à une imprimante laser couleur wifi multifonction compatible Linux où l'on peut trouver des toners génériques qui ne coûtent pas un bras et qui fonctionnent. Je rajoute à ça dans l'équation, l'idéal serait une hauteur de moins de 25 cm sinon mon meuble ikea qui permet de rentrer et de sortir l'imprimante n'a plus vraiment de sens.

Mon choix s'est porté sur ce modèle bien noté sur tous les sites marchands. Stop. Le bien noté sur les sites marchands ça commence à devenir n'importe quoi et ce pour au moins quatre raisons :

  1. les avis bidons. Je regardais un jeu de 5 toners, 3 couleurs et 2 noirs en générique vendus pour 80 € ce qui correspond à 25% du prix original, une affaire. Des avis très positifs qui sonnent faux, des gens aigris, des gens qui ne font même pas l'effort de donner le moindre détail, si à une époque lire les avis avait du sens c'est devenu désormais presque inutile.
  2. la temporalité. Il se trouve que ce modèle qui a l'air très bien sur le papier présente un problème de four qui a l'air assez récurrent. En suivant, en croisant, j'ai vu des gens qui expliquaient qu'au bout de deux ans et des poussières la machine mourrait d'un problème similaire, que le SAV de brother était une catastrophe notamment quand on habitait en province.
  3. L'écart entre les commentaires clients des numériques pour citer le site de référence et les différents tests m'interpellent de plus en plus. Soit il y a des gars qui veulent ruiner le site, soit la collusion entre les numériques et certains fabricants est inquiétante. Des modèles à cinq étoiles en test qui ont une une étoile client avec des gens qui font l'effort d'argumenter. Là encore le test manque de recul, je crois d'ailleurs qu'il faut désormais tenir compte des produits sur la durée, je n'imagine pas mettre 250 € dans une imprimante et que ça lâche.
  4. Avec des sites qui sont devenus des boutiques d'autres sites, les fiches descriptives des produits sont de moins en moins complètes contribuant davantage à donner une ambiance poubelle et peu claire.

Si on rajoute à ça que les commentaires sont désormais poussés vers le fond, c'est flagrant dans le cas des numériques, qu'on pousse les gens à commenter, disperser dans les réseaux sociaux, la mort des blogs, le tous pourris avec le sponsoring permanent, nous sommes en 2017 et il m'est plus difficile d'acheter un produit qu'il y a dix ans avec ma Canon.

L'achat finalement d'un produit de consommation quelconque se ramène à la situation de l'actualité que nous trouvons aujourd'hui sur internet, croiser, recouper, approfondir et surtout attendre, attendre plus longtemps dans le cas de certains produits. L'internet participatif a toute sa place et pourtant ça arrangerait pas mal de monde qu'il disparaisse car c'est lui qui informe, c'est lui qui avertit, c'est lui qui prévient.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

Regarde les hommes tomber

Rédigé par Cyrille BORNE - - 6 commentaires

J'ai vu ce dessin dernièrement et il m'a fait sourire puisque sans l'agressivité, il correspond en gros à ce que je fais.

Je constate une chute de 1.5 point dans ma classe de troisième. Les parents sont au courant, j'ai envoyé un message via l'ENT, seuls 17% des parents ont consulté le message, des parents qui ont internet, qui auront certainement consulté leur profil facebook, leur compte en banque mais pas l'ENT de leur gosse pour connaître les devoir et lire les messages des enseignants. J'ai écrit tout simplement que les gamins n'apprenaient pas et que déjà que les évaluations étaient faciles, on ne pouvait pas apprendre à leur place. A une époque, pas plus tard que l'an dernier, un élève prenait un énorme carton pour faute de travail, je le collais, je préparais des exercices, je mettais une évaluation de rattrapage pour montrer qu'il valait mieux réviser un peu que de se taper une après midi en colle. En gros je me faisais un travail supplémentaire pour des gens qui ne travaillent pas, ramenant le problème au même endroit, les enseignants travaillent plus que les élèves.

Mon raisonnement à l'heure actuelle, ma façon de faire est simple, j'informe, j'explique, mais je n'agis plus. Hier matin, j'ai passé ma salle de classe et j'ai fait un schéma simple au tableau qui rappelait les critères pour passer au niveau supérieur. Trouver un apprentissage c'est trouver le patron et avoir passé les quinze ans, difficile dans un contexte où les patrons sont écoeurés par les derniers apprentis peu vaillants qu'ils ont pu croiser, passer en seconde professionnelle, que ce soit un CAP ou un BAC PRO, et là ce sont uniquement les notes qui prédominent. En fait c'est un concours et ça les gosses ne s'en rendent pas compte. Si vous voulez faire un CAP de maçonnerie théoriquement quelle que soit la note, vous passez sans problème, il se trouve que cela ne fait pas rêver le jeune, pourtant c'est un beau métier même s'il est difficile. Le jeune se voit vendeur de voitures ou d'articles de sport, boulanger mais le boulanger qui a la classe, coiffeur ou esthéticienne. Tiens prenons les dernières filières. Si un gamin est fort, a des relations, a surtout des parents qui ont des relations, il est possible de trouver un apprentissage, les autres sont forcés de trouver le BAC PRO ou le CAP qui va bien dans un lycée, sans alternance. Forcément, quand il y a peu de places et beaucoup de candidats, la barre monte et dans ma région il n'est pas rare qu'on ne recrute pas en dessous de 15 dans une filière spécifique.

L'équation dès lors est simple : bibi glande. Bibi a de mauvais résultats. Ses parents pour une raison qui m'échappe encore n'ont pas collé un grand coup de pied au cul de bibi et ne regardent pas les ENT où il peut trouver les résultats de son gamin et s'alarmer ou le féliciter. Bibi qui glande et qui n'a pas de raison de s'arrêter car même si vous lui plantez trois heures de colle, il s'en fout complètement, arrive en fin de troisième et se rend compte qu'il ne peut pas faire ce qu'il veut.

Le rôle de l'enseignant c'est celui dans les grandes lignes de transmettre le savoir, d'informer, d'avertir, mais en aucun cas de remplacer les parents. Je vais prendre mon téléphone pour faire le tour des parents qui n'ont pas lu mon message et leur dire que les notes s'effondrent et que l'an prochain leur enfant risque de se retrouver dans une filière où il sera malheureux. Un mauvais choix d'orientation en seconde et c'est la catastrophe, peu de chance pour que l'enfant finisse le cycle et s'il veut redoubler ailleurs il passe derrière les élèves de troisièmes ce qui fait qu'en gros il n'a pas vraiment le droit à l'erreur.

Personne n'ira jeter la pierre à un enfant qui glande, c'est dans la nature humaine, on glanderait tous si on en avait la possibilité. Malheureusement on ne peut pas, enfin certains le peuvent, pas moi. L'enseignant a pour rôle de mettre en place les conditions pour l'apprentissage, d'informer les parents mais je considère que ce n'est pas à lui d'intervenir si l'enfant ne travaille pas. Le parent a sa part de responsabilité, si le parent est informé, qu'il n'agit pas, c'est que de façon consciente il regarde son gosse tomber.

Quelques compléments :

La sanction ne fonctionne plus et n'est pas efficace au niveau scolaire. J'ai des collègues qui collent car c'est compulsif, c'est une réponse à l'énervement, quelque part une vengeance face à l'enfant qui les a gonflés. A l'heure actuelle la seule chose qui fonctionne le moins mal c'est d'avoir le parent au bout du fil, ce que je fais régulièrement, les parents ont mon portable donc ils le font eux aussi, et de faire le point quand ça ne va pas. Les parents qui ont leurs propres difficultés, pensent que leur enfant qui a parfois 17 ans est capable de se gérer un minimum, que ce n'est plus un bébé, qu'il devrait comprendre que c'est pour son avenir. Absolument pas. Le contexte étant à la glandouille collective, aujourd'hui un élève qui travaille, qui a compris qu'il fallait qu'il se la donne pour se faire un avenir, est considéré comme un mormon avec la tenue qui va avec. C'est un peu pareil qu'un gars qui est au milieu d'une fête où tout le monde se pochtronne et qui a la volonté de ne pas boire un verre d'alcool. C'est très difficile d'être un jeune en 2017, c'est très difficile d'être un parent en 2017, c'est difficile d'être enseignant en 2017, il faut faire le nécessaire pour maintenir le contact entre les trois parties, ne jamais aller à la rupture mais dans tous les cas il est nécessaire que chacun soit à sa place et joue son rôle respectif.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles