Simple Music Player, lire sa musique en php directement sur son serveur ipfire

Rédigé par Cyrille BORNE - - 5 commentaires

Maintenant que j'ai un serveur web, je fais le foufou en installant n'importe quoi, le but inavoué bien sûr c'est de réussir à faire crasher mon ipfire qui marche trop bien. J'avais la possibilité de faire un backup complet de ma musique dans bozon (n'hésitez pas à participer dans le github on rigole bien avec Bronco à tout casser) , mais j'ai décidé de balancer tout dans simple music player l'équivalent des ténors comme Ampache, subsonic ou sonerezh qu'a présenté Dada sauf que c'est super léger et que ça s'installe tout seul ... ou presque.

J'ai rencontré un problème d'installation et la résolution est donnée dans le github par un gars, il faut changer le fichier d'install.php par ça :

<?php
    if (!defined('ROOT')) {
        define('DS', DIRECTORY_SEPARATOR);
        define('ROOT', str_replace(array('/core','/installation'),'',dirname(__FILE__)).DS);
    }
    if(!empty($_POST['pseudo']) AND !empty($_POST['pwd1']) AND !empty($_POST['pwd2'])){
        if($_POST['pwd1'] == $_POST['pwd2']){
            $sqlite = new PDO('sqlite:../core/private/data.db');
            $user = $sqlite->quote($_POST['pseudo']);
            $pass = $sqlite->quote(sha1($_POST['pseudo'] . $_POST['pwd1'] . $_POST['pseudo']));
            $sqlite->query('DELETE FROM users');
            $sqlite->query('INSERT INTO users (username, password, admin) VALUES(' . $user . ',' . $pass . ', "1")');
            if(mkdir(ROOT.'data/' . $_POST['pseudo'] . '/pictures',0755,true)) {
                if(mkdir(ROOT.'data/' . $_POST['pseudo'] . '/songs',0755,true)) {
                    header('Location: index.php?ok');
                }
                else {
                    header('Location: index.php?err');
                }
            }
            else {
                header('Location: index.php?err');
            }
        }
        else{
            header('Location: index.php?err');
        }
    }
    else{
        header('Location: index.php?err');
    }
?>

C'est peut être ma configuration ou autre chose mais je n'ai pas eu la création du répertoire data, avec cette version modifiée de l'installateur ça passe tout seul. Autre "obstacle", j'ai mis un moment à comprendre quand même, une limitation à 20 fichiers par upload ce qui pour mes presque 2000 chansons risquait d'être un peu long, dans mon php.ini il n'y avait pas la variable max_file_uploads qui par défaut est à ... 20. Le logiciel est propre, encore plus propre si vous faites partie des pervers qui passaient des heures à tagger vos fichiers mp3.

Le seul problème de ce logiciel pour ma part c'est qu'il renomme les fichiers mp3 pour les adapter à son modèle. Imaginons donc que pour une raison ou pour une autre tout crashe chez moi et qu'il ne me reste que cette copie, ben les fichiers ils ressemblent à 003df3c4096a86e15f8966909a028e2a.mp3 ce qui n'est pas nécessairement explicite. A part ça, rien à dire.

Ipfire en web server, c'est sale mais ça passe

Rédigé par Cyrille BORNE - - 4 commentaires

Alors effectivement transformer son serveur pare-feu routeur de la mort qui tue en serveur web c'est une véritable hérésie et j'ai d'ailleurs au bas de chez moi des gens en maillot de bain qui me jettent du sable sur ma porte pour me montrer comme c'est pas bien. Néanmoins et c'est ça que j'aime chez Ipfire qui inclut tout de même owncloud en module officiel c'est le fait qu'on considère que dans le cadre d'une architecture personnelle et pas dans celui d'une entreprise qu'on peut se laisser aller à quelques fantaisies.

En fait, par défaut apache est installé sur ipfire, et d'ailleurs je suis complètement stupide car j'ai installé nginx que je ne maîtrise pas pensant qu'il était là pour le web. En effet comme l'intégralité de la passerelle d'ipfire est en php, sans apache derrière ou autre, il aurait été difficile de faire fonctionner la bête. Tout se passe dans le répertoire /srv/web/ dans lequel vous trouvez déjà ipfire, vous allez trouver owncloud si vous l'avez installé et vous allez donc créer votre répertoire principal que vous allez nommer web, html, ou ce qui vous chante, de façon à contenir l'intégralité de vos sites ou une partie dans le répertoire /srv/web/web. Il est à noter que vous pouvez créer un répertoire par service et changer le port d'écoute, pour ma part je suis intéressé par une écoute sur le port 80. En effet dans mon nouvel établissement où pas grand chose ne passe, le port 80 reste toujours un bon ami.

Donc on fait son répertoire web, on balance à l'intérieur les logiciels qui font plaisir, j'y reviendrai plus loin mais dans un premier temps sachez que je n'ai pas essayé mysql mais sqlite ça passe, on va dans le répertoire /etc/httpd/conf/vhosts.d et on va jeter un fichier qu'on appelera web.conf qui va en gros ressembler à ça

Listen 80
<VirtualHost *:80>
    DocumentRoot /srv/web/web/
    Include /etc/httpd/conf/conf.d/php*.conf
   <Directory /srv/web/web>
    </Directory>
</VirtualHost>

Pour avoir des choses plus poussées, je vous invite à vous référer par exemple à cette page ou celle là.

Voilà c'est fini, enfin presque. Ipfire dans son partionnement est assez bizarre, puisqu'il va vous donner une partition var la plus large possible et une partition / qui ne fait que deux gigas comme on peut le voir ci-dessous :

Du fait que le srv se trouve dans le /, si on veut mettre un peu de fichiers on ne va pas aller bien loin, voyez j'ai fait un test et il me reste 80 Mo de libre. D'après ce que j'ai pu voir, le redimensionnement ne pose pas de problème particulier, et comme vous le savez les cons ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnaît, je suis en train de faire bouger 400 Go de données sans aucune sauvegarde bien évidemment car j'ai une foi totale dans Gparted qui va tourner pendant 6 heures environ le temps de réaliser l'opération, 6 heures pendant lesquelles il n'y aura pas de coupure de courant par exemple, ou d'enfant qui passera à moins de 1 mètre ou de femme qui appuie sur le bouton.

Nous nous retrouvons donc quelques heures plus tard et ça n'a pas crashé ce qui montre ma détermination et la puissance de Gparted. L'idée c'est de supprimer owncloud dont je n'utilise que deux fonctionnalités, le partage de fichiers, baikal, qui est un outil dédié. Je vous invite à lire le billet d'idleman sur l'installation notamment sur les chemins *av. Owncloud est une usine à gaz, je suis de plus tributaire du package mis à disposition actuellement en version 7.x quand la version officielle est à plus de 8. Pour la partie fichiers j'ai remplacé par BoZon dont on a pu parler ces derniers jours, Il faudra penser à modifier /etc/php.ini et faire bouger les variables si on veut mettre du lourd :

  • memory_limit
  • post_max_size
  • upload_max_filesize

Souvenez vous, il n'y a pas si longtemps, je testais les solutions de virtualisation (proxmox) car je voulais faire tourner du ipfire et du debian en parallèle pour avoir la liberté de faire du web un peu, utiliser d'autres services. J'ai même tenté de faire du contrôle parental avec debian et je n'avais pas utilisé cette dernière possibilité, du web avec Ipfire. Du fait de mes petits besoins, je n'ai pas besoin de services avec mysql ou des choses complexes, si bien que tout ceci me confirme que ipfire est vraiment une solution très intéressante pour faire beaucoup de choses.

miniPaint un mtpaint en ligne libre

Rédigé par Cyrille BORNE - - 10 commentaires

Dans mes derniers billets hautement pédagogiques, j'évoquais le fait que de passer d'un lycée où j'avais Linuxé tout du sol au plafond à un lycée où tout est sous Windows était assez pénible car il impose de changer d'outils, passer par exemple de Kolourpaint à Photofiltre. On ne va pas se la jouer faignasse, on me rétorquera qu'il y a peu de chance que demain l'établissement bascule sous Linux ou que je change encore d'établissement et que je mettrai cet établissement sous Linux mais cela reste quand même une question de principe, j'essaie désormais de trouver des solutions qui peuvent être utilisées indépendament du système d'exploitation, comme Libreoffice par exemple qui existe à la fois sous Windows et Linux. Au moment où j'écris ces lignes, je réalise que mtpaint existe aussi sous Windows, mais dans le genre franchement moche et pas convivial on a difficilement fait mieux, de l'autre côté Gimp est trop complexe, j'ai utilisé photofiltre dans mon cours car j'ai la certitude qu'il est installé sur les postes, mais en fait sous Windows et pour le peu de manipulation qu'il y a à faire, paint reste le logiciel le plus convivial. Mais trêve de digression Windowsienne pour revenir à notre sujet, l'idée d'un B2i qui pourrait se réaliser de façon intégrale en ligne, avec des logiciels libres auto-hébergés.

Je n'en ai trouvé qu'un, qui répond pleinement à la fonction et dont le seul défaut c'est d'être totalement en anglais, j'imagine que que ça doit s'éditer et se modifier, un jour peut être ou une âme charitable, fork it, it's on github : minipaint. Pour ma part voici ce dont j'ai besoin pour un logiciel de retouche pour réaliser ce blog passionnant et d'un point de vue scolaire :

  • redimensionner les images
  • recadrer les images
  • même un peu de texte
  • appliquer un effet

Voyez que j'ai peu d'exigence et minipaint le fait. D'un point de vue hébergement c'est un lâcher direct dans le ftp de mon hébergeur o2switch et ça passe tout seul. Je vais le mettre à l'essai pendant quelques temps à la place de mtpaint.

Boulot, boulot et boulot. Rime riche sans maillot

Rédigé par Cyrille BORNE - - 4 commentaires

Avec un vent pas croyable et la pluie hier soir, les gens ont dû être contents de louer. En même temps il n'ont pas l'air d'être nombreux cette année, je pense qu'on est vraiment en plein dans la crise économique, je n'ai jamais vu aussi peu de personnes en bord de mer. Enfin c'est pas tout ça, mais profitant de la mauvaise météo, j'en ai profité pour boucler le cours d'informatique en me laissant une marge, marge qui sera comblée à la rentrée pour planifier avec mes nouveaux collègues, les besoins à combler. Avec ce qui suit et ce que j'ai livré hier, je pense que je balaye l'intégralité du B2i, j'ai soumis à deux collègues d'informatique en Agricole, ils m'ont dit que j'en avais pour deux ans, c'est mon côté généreux, j'ai toujours peur qu'il en manque quand on reçoit les invités, je les trouve toutefois un peu pessimisite.

On m'a fait remarquer que les liens donnés hier ne fonctionnaient pas, en fait il s'agit je pense d'un problème lié à pluxml qui affiche comme url : http://www.cyrille-borne.comdata/images/fichiers/informatique/01-communiquer-echanger-scolinfo.pdf où vous noterez qu'il manque un / entre le com et le data. J'ai transmis l'erreur à Stéphane Ferrari qui est ravi que je sois utilisateur pluxml que je plante à longueur de temps. Je laisserai l'erreur sur ce billet en attendant la correction, je pense que je peux contourner le problème en mettant un // dans l'url.

Comme je l'évoquais hier, j'ai rédigé toute la partie autour de Koad9 et donc réalisé la partie modification des images avec Photofiltre, vous noterez que je suis allé jusqu'au bout en virtualisant ReactOS et en faisant tourner le logiciel à l'intérieur qui est inclus dans les packages. A noter que les guest addition tournent dedans, j'ai toutefois pas mal de problèmes de stabilité, mais j'ai plus l'impression que c'est en lien avec Virtualbox qu'avec ReactOS, il faut que je creuse un peu plus, même si en parallèle je vais chercher les services en ligne.

Dans le baratin sur les dangers de l'internet, les réseaux sociaux et le reste que j'avais écrit je pense il y a une paire d'année, j'ai rajouté une partie "si c'est gratuit c'est vous le produit" où j'ai rajouté la récupération des données par les grandes entreprises, mais aussi les problématiques de la sécurité informatique avec comme exemple celui des 37 millions de cocufieurs dont on a récupéré les identités et qui pourraient se retrouver sur la toile ou comme un bon outil de chantage. Imaginez quand même, les hackeurs ne demanderaient que 10 dollars par personne ça ferait quand même du chiffre. J'ai noté que plus on multipliait les comptes, plus on multipliait les risques de hacking. Dans la même veine d'ailleurs, je lisais le hacking des voitures et les 1.4 millions de rappel, parce que le progrès, l'informatisation c'est tellement bien que tu peux mettre la voiture des gens dans le ravin à distance. On a vraiment l'embarras du choix pour préparer la fin du monde, nourriture, maladie issue d'un laboratoire obscur, informatique, on n'aura même pas le temps de faire les robots de terminator on sera mort avant.

Bon on rigole, on rigole, voilà les documents avec l'erreur qui va bien, n'oubliez pas de rajouter le /

Tiens c'est marrant, le bug ne figure pas dans la preview de l'article mais juste dans sa parution, monde merveilleux de l'informatique.

Boulot, plage, boulot, et peu de temps pour le reste

Rédigé par Cyrille BORNE - - 13 commentaires

L'une de mes phrases clés quand j'ai un gamin qui me fait le plan de l'angoisse, la peur de l'échec, c'est "travaille", plus un mot clé qu'une phrase d'ailleurs. J'ai tendance quand même à appliquer ce bon conseil à moi-même, et là je dois dire que je suis en plein dedans. J'ai travaillé jusqu'à une heure du matin la veille en regardant en même temps la série Américan Dad. Américan Dad c'est l'histoire d'un père de famille républicain qui bosse pour la CIA, l'archétype du patriote qui tire sur tout ce qui bouge, complètement bourrin, qui vit avec une femme modèle mais qui a eu une jeunesse totalement dévergondée, avec leur deux enfants, un geek qui a du mal à s'intégrer notamment avec les filles, sa soeur ainée qui bien évidemment est la réactionnaire à l'univers familial, love and peace. Ils ont en supplément l'extra-terrestre Roger, qu'ils ont recueilli et qui se cache dans la maison plus ou moins, alcoolique, dépressif, obsédé par le travestissement et Klaus le poisson rouge qui n'est autre qu'un champion de ski de l'Allemagne de l'est qui a été transféré à l'intérieur de l'animal pour ne pas pouvoir gagner les JO au profits des états unis d'Amérique. Les trois premières saisons sont vraiment bonnes, l'univers est complètement déjanté et ça va réellement très loin dans le politiquement pas correct, après ça tourne en rond comme toujours, à l'excès.

Le multi-tâche c'est vraiment quelque chose qui me suivra toute ma vie, ma mère déjà s'agaçait de me voir jouer aux légos en regardant la télé en même temps, j'ai beaucoup de mal à me concentrer sur une seule chose, je suis convaincu que je dois perdre du temps mais c'est ma façon de fonctionner, connaîs toi, toi-même. En bord de mer j'ai pris les manuels officiels de l'établissement, des livres, c'est comme le CDI, une nouveauté pour moi, le manuel de 4ème est correct, je vais sans doute l'utiliser, celui de 3ème est obsolète, pour le manuel de 2nde GT je n'ai pas assez de recul, il faut que je relise et que je commande le manuel Sesamath en papier pour continuer à lire sur ma serviette.

Dans le manuel de quatrième, j'ai vu cette introduction qui m'a fait sourire :

Dans l'énoncé on écrit qu'il y a 576 cases et que dans chacun on a soit un disque soit un carré, on veut la fréquence, soit il y a quelque chose que je ne vois pas et qui est limpide soit il faut se mettre à compter les cases. Chez moi je peux vous dire déjà que si je la fais "allez les enfants on va tous les compter" sur un air hyper enjoué, j'en ai plus de la moitié qui ne commencera pas avec la phrase clé "c'est trop long". La deuxième moitié une partie va commencer, très rapidement se décourager et il restera quatre gamins courageux qui vont se taper les 576 cases pour avoir 4 résultats différents. Certes l'exemple est tiré par les cheveux, mais des problèmes surréalistes parsèment les bouquins de maths, on s'interroge sur la démarche pédagogique, se faire plaisir avec des problèmes de fou ou essayer de tirer le meilleur de l'élève. Les bouquins je ne suis pas fan, mais sortant d'une longue phase de photocopies où les élèves réussissent à perdre les feuilles dans l'heure, je pense que cela va devenir un mal nécessaire.

Sur la plage donc, je m'imprègne du programme de seconde qui sera réellement la nouveauté et de l'autre côté je fais mes cours d'informatique, l'idée étant d'avoir tous les cours et les évaluations de bouclés pour la rentrée dans toutes mes matières. Je vous donne ces deux documents, le premier est spécifique puisqu'il est basé sur SCOLINFO, le second concerne les tableurs et va s'ajuster avec ma progression de maths puisque je démarre en troisième par les probas, un chapitre qui met tout le monde d'accord et j'enchaîne par les statistiques. Ces deux chapitres sont relativement simples et permettent à des gosses qui auraient perdu pied de raccrocher les wagons. Le fait de le voir en informatique et en mathématiques va permettre d'approcher le problème sous deux angles d'attaque différents. Avec ces deux documents j'en ai jusqu'aux vacances de la toussaint. A l'heure actuelle je suis en train de rédiger un gros morceau, le concours Koad9. 

Le concours Koad9 est un concours qui commence après la Toussaint et qui se termine au mois de février. Il s'agit d'une réalisation informatique autour du journalisme pour les élèves. Cela peut être une photo, un article de presse ou la une d'un journal, c'est cette dernière catégorie que je choisis. Avec elle je vais balayer l'utilisation du traitement de texte, la gestion des images avec le poids notamment, la recherche dans les moteurs etc ... Vous noterez tout de même que le métier de professeur c'est pas j'ouvre un bouquin à la dernière minute pour occuper les élèves mais bien une progression qui se veut cohérente en essayant de placer des événements dans l'année. Ce concours par exemple où je pense il y a un appareil photo à gagner, des recherches ou des réalisations en lien avec d'autres matières, la préparation pour l'histoire de l'art et j'en passe.

A l'époque j'avais fait une page de documents à télécharger sur le blog, je ne le referai pas, je donnerai ponctuellement les liens qui vont bien, j'ai la flemme d'entretenir. Les documents que je propose vous les connaissez pour la plupart, je suis toutefois dans l'obligation d'en remanier certains devenus trop poussiéreux, mais aussi d'adapter à mon nouvel environnement de travail Windows, joie dans la maison éternelle. A l'heure actuelle je ne me pose pas trop de questions, j'ai commencé à faire des captures sur le poste de ma femme, en parallèle je virtualise ReactOS pour voir si j'arrive à faire tourner dessus Photofiltre qui sera l'un des rares logiciels non Linux compatible contrairement à Libreoffice par exemple. Je pourrai trouver un logiciel de retouche qui existe dans les deux environnements, Gimp, mais c'est trop complexe. Néanmoins je pense à une autre voie, un service en ligne pour régler le problème de façon définitive, il faudrait que je regarde ce qui se fait, peut être même en libre.

Donc comme vous l'aurez compris, peu de temps pour le reste, pas le temps de jouer, de bricoler, et cela sera certainement le cas tant que je n'aurai pas avancé de façon très significative. J'ai pu voir dans les quelques nouvelles de la blogosphère française que Gilles arrêtait le bloging, il serait certainement déçu si je ne la faisais pas : ah bon Gilles bloguait, je croyais qu'il ne faisait que des commentaires. Plaisanterie mise à part, je trouve toujours dommage qu'un blogueur s'arrête, j'espère que Gilles continuera d'hanter mon blog, une façon quelque part de contribuer. La démotivation des troupes est actuellement à son paroxysme, et je crois qu'on peut chercher des causes, des excuses, je ne vois pour ma part qu'une explication.

La bidouillabilité est en train de disparaître pour plusieurs raisons. Linux fonctionne de mieux en mieux, les nouveaux appareils sont de plus en plus difficiles à bricoler et ce à tous les niveaux, il y a donc forcément moins à écrire, les nouveautés ne sont plus des versions majeures qui révolutionnent mais une simple continuité. Moins d'inspiration chez les autres, moins d'inspiration personnelle car moins de besoins, des sites qui produisent la même information et on se retrouve avec de moins en moins de diversité. L'ensemble fait que si parfois il était facile de trouver un sujet de par les difficultés rencontrées ou des pensées profondes et philosophiques du voisin, il devient désormais difficile d'être inspiré.

Simple cercle vicieux en fait dont l'issue est simple, avec la disparition des petits acteurs de l'internet qui offraient la variété on va se retrouver avec une grande télé. C'est un peu comme la sensation de manger la même chose d'un restaurant à l'autre et c'est bien normal, c'est du tout fait, avec quelques producteurs derrières qui tiennent la fabrication. Déjà que la sensation d'ennui devant internet devient de plus en plus présente, j'ose à peine imaginer dans quelques années, on va vraiment se faire chier.

Fil Rss des articles