Le Blog de Cyrille BORNE

Votre spécialiste du déréférencement

Orange ou Free, même combat

Rédigé par Cyrille BORNE - - 2 commentaires

Comme je l'avais expliqué, j'ai mis la télé chez ma voisine par ADSL, elle est chez Free, ce qui pour moi est une véritable nouveauté. En fait la freebox est totalement différente d'une box Orange ou SFR, le paramétrage ne se fait pas dans la box mais se fait par l'intermédiaire d'un site internet ce qui est complètement pourri à mon sens. Le seul intérêt c'est la conservation du paramétrage au changement de box, sinon je ne vois absolument pas l'intérêt. Le téléphone ne marchait pas chez elle, pas de tonalité, j'ai fait les tests d'usage, mon téléphone chez elle, son téléphone chez moi, la vérité était donc ailleurs d'autant plus qu'on a le paramétrage par le biais de la télévision qui affichait sur le téléphone un gros "défectueux". Elle prend contact chez free qui lui confirme l'incident sur sa ligne et qui lui explique que tout va bien, que le problème n'est pas chez elle et qu'on va faire le nécessaire, on lui ouvre pour la peine un ticket d'incident. Deux jours plus tard, l'incident est clôturé, on lui dit en fait que tout va bien du côté de la ligne ... hummm ...

Il y a une boutique Free à Béziers, à Saint Pierre nous sommes à égale distance de Narbonne et de Béziers, je lui conseille de jeter sa box avec son téléphone à la tête des gens et elle le fait, on lui détecte une anomalie dans sa box. On lui envoie sa box, je récupère le téléphone en moins de quelques minutes et je suis interpellé par l'absence de liaison entre le décodeur HD et la box. La différence hardware chez Free c'est vraiment jusqu'au bout, en fait c'est livré avec des Freeplugs, c'est à dire des boîtiers CPL. Or, dans le colis avec la nouvelle box, il apparaît que l'alimentation livrée est classique, moralité pas évident d'avoir la télé. Ma pauvre voisine fait donc un rush au point relais, comme on est au village et que tout le monde se connaît, elle lui rend l'autre plug. Je rebranche, ça ne marche absolument pas bien évidemment, je rentre chez moi manger, et je lis que lorsqu'on est bloqué sur réseau, il faut redémarrer le décodeur avec le bouton central appuyé pour réinitialiser la procédure, ça marche mais ça fait un bruit pas possible. Je prends l'appareil, je vois le ventilo sur le côté je souffle un grand coup, nuage de poussière, tout marche.

En résumé :

  • une box défectueuse
  • une anomalie détectée sur une ligne qui n'est pas en anomalie
  • un renvoi de box à la demande de la cliente
  • une erreur dans le matériel renvoyé
  • un tour de passe passe qu'on se doit de chercher dans Google.

Imaginez tout de même cette dame de plus de 60 ans devoir se débrouiller toute seule avec un merdier pareil. La moralité est toujours la même, quel que soit l'opérateur c'est la misère pour le simple quidam, il est nécessaire d'avoir un power user à domicile, et quand on voit mes déboires avec Sosh / Orange, même les power user ont du mal. L'informatique ne va vraiment pas vers la simplification.

Classé dans : Hardware - Mots clés : aucun

pi2 troisième passe : la télécommande

Rédigé par Cyrille BORNE - - 11 commentaires

Voilà j'ai reçu ma télécommande, je suis donc au top des hautes technologies. Je pense qu'il s'agira de mon dernier article sur le thème, pas grand chose à rajouter de plus. Comme je le dis en conclusion de cette magnifique vidéo, à moins de 100 € en combinaison avec mon serveur ipfire qui fait ici office de NAS (mais aussi de contrôle parental), on a un système domestique vraiment bien sympathique. La télécommande c'est celle qui sort de façon systématique quand on fait des recherches sur ebay ou sur les sites traditionnels, il y avait peut être mieux, plus simple certainement puisque c'est ce qui m'agace un peu, trop de touches, mais à moins de 10 € c'est pas la fin du monde.

Bédés - Mars 2015

Rédigé par Cyrille BORNE - -

Des enfants se réveillent dans leur ville, ils sont seuls. Tous les enfants ne sont pas présents, tous les adultes quant à eux sont bien absents, il y a les animaux qui sont devenus à moitié fou et bien sûr un ensemble de questions. On va suivre principalement un groupe de cinq enfants, la fille super débrouillarde, le garçon traumatisé par son beau père qui le battait et qui est un gros dur qui va être le chef naturel, deux intellos et enfin Terry le tout petit de six ans. La dynamique de la bédé est réellement intéressante au début car on a réellement l'impression d'avoir un walking dead avec des enfants. Le mystère omniprésent bien sûr, (pourquoi ???) les lois de la survie qui s'imposent, la rencontre avec d'autres enfants et les rivalités, énormément d'éléments traditionnels de la survie qu'on voit dans les séries avec les zombies ou post nucléaire. Et puis, sur les différents tomes qui sortent on voit que la bédé remporte pas mal de prix ce qui nous amène à la grande tradition française du "partage en sucette". Aux environs du tome 5 ou 6 on tourne dans le grand n'importe quoi, mais sans vous spoiler trop la bédé, sachez que les clins d'oeils vont de Games of Throne à Hunger Games où le dernier tome est une histoire de joutes entre enfants sans queue ni tête. Alors que la bédé posait vraiment des bases intéressantes, qu'on avait des cliffhangers monumentaux, aujourd'hui on part dans tous les sens et la bande dessinée est largement moins intéressante à lire qu'à l'époque où j'avais fait l'article sur l'univers de Gazzoti.

Une femme voit sa vie se transformer en véritable cauchemar, elle se voit poursuivie en permanence par des espèces de zombis à qui on aurait arraché la peau et qui cherchent à l'entrainer dans le territoire, un endroit super mystérieux et mystique qui lui fait peur. Dans une soirée, elle rencontre un homme, celui-ci est persuadé de voir en elle une petite amie dont il était éperdument amoureux dans ses années universitaires, mais elle ne le reconnaît absolument pas. Tout ceci vire à l'obsession et il essaie de retrouver la jeune femme qui meurt par accident et qui réapparaît quelques jours plus tard dans une autre identité comme si de rien n'était. Le territoire est une bande dessinée sur six tomes finie, écrite par le très / trop productif Corbeyran qui décidément aime les univers sombres et parallèles, les créatures qui font peur, avec les stryges il l'a largement prouvé. On est d'ailleurs dans une mécanique similaire, les cliffhangers à chaque fin d'épisode pour finalement ne rien raconter, les héros s'agitent beaucoup mais il ne se passe pas grand chose pour un final complètement raté. On lit assez rarement de mauvaises bédés en fait quand on sait choisir un peu, j'entends par là éviter les bédés auxquelles Bigard a participé, ici c'est pleinement le cas, c'est insipide à souhait.

Le triskell n'est pas qu'une distribution Linux 100 % libre c'est aussi un énorme pouvoir du monde des fées qui a été séparé entre trois soeurs, celle de la terre, celle de l'eau et celle de l'air. C'est justement cette dernière qui vient mourir dans un orphelinat et qui confie son morceau à une jeunette pauvre malheureuse. Il se trouve que cette dernière soeur a été assassinée par ses deux aînées et plus particulièrement par la soeur de la terre qui cherche à réunir les trois morceaux pour avoir des pouvoirs encore plus grands. Tout ceci n'est pas sans conséquence, puisque la réunion des trois talismans fera cohabiter le monde des humains et du petit peuple, invisible depuis 200 ans. Triskell comme 80% de la bédé francophone se déroule dans l'univers breton, vous n'échapperez donc pas à l'Ancou, au cornu, aux sirènes, aux sorcières bien évidemment et que serait cet univers sans les korrigans ! A la base pas très originale, mais les personnages bien travaillés, un tournant inattendu que prend la bédé alors qu'il ne s'agissait à la base que d'une simple quête de pouvoir font de triskell un excellent ouvrage bouclé en quatre tomes.

Des différents univers, XIII, Largo Winch, et Thorgal j'ai souvent préféré le premier, le second et enfin le dernier. XIII, l'action, le charisme, le beau gosse irrésistible qui se sort des situations les plus folles, le second étant quand même une imitation réussie du premier et le dernier à part qui finalement offre un univers très intéressant. Je viens de me relire l'intégralité d'un trait, et je pense que c'est ce qu'il faut faire, j'ai souvenir de l'attente de certains tomes et de la déception car l'histoire n'avançait pas, mais c'est très cohérent dans cet univers particulier. Thorgal est un enfant des étoiles, il s'est crashé sur la terre et a été recueilli par les vikings. On va donc avoir cette dualité permanente, d'un côté les extraterrestres et de l'autre côté Asgard et le reste. Thorgal est un héros radicalement différent de ses compères même si sur certains points les ressemblances sont classiques, il est beau gosse, toutes les femmes sont folles de lui, il lui arrive des situations totalement improbables mais Thorgal s'en fout. c'est un héros en recherche de paix. bon père de famille, il n'a d'yeux que pour sa femme et ses enfants, n'en vient à la violence uniquement que s'il est obligé. La série a dépassé les 30 tomes, Jean Vanhamme l'auteur officiel a lâché l'affaire ce qui a donné l'occasion de voir apparaître des spin off autour de tous les membres de la famille et une forme de membre, Kriss de Valnor une vraie méchante de chez méchante, qu'on prend plaisir à détester. Une excellente série qui tient mieux le temps que ses confrères, l'alternance des histoires autour des Dieux, des "étoiles", des personnages multiples et très bien travaillés qui sont capables d'éclipser Thorgal apportent une réelle diversité dont on ne se lasse pas.

Aymard de Bois-Maury est un chevalier sans terre qui enfant a dû fuir son pays, il n'a donc de cesse de vouloir retrouver les tours de Bois-Maury. On va suivre dans une première partie de dix tomes le chevalier dans ses aventures qui le conduiront dans tous les trous de France et à Jérusalem afin de se constituer un patrimoine pour se payer une armée et reprendre son château. La bédé est difficile à lire, l'auteur a fait le choix d'utiliser le vieux français, ce qui fait que d'un côté on s'y croit mais de l'autre on relit à deux fois pour être sûr d'avoir bien compris. Le scénario sur certains albums est parfois assez tordu si bien qu'il faut faire une véritable lecture attentive. Le chevalier Aymard c'est vraiment sans peur et sans reproche, l'intégrité à tout prix, le personnage est austère mais attachant, le voir se lancer dans toutes les batailles pour l'honneur a toujours un côté amusant.

Je pense que beaucoup de gens ma génération ont démarré avec Tintin, cela faisait peut être plus de 25 ans que je n'avais pas touché un album, c'est quand même surréaliste, c'est un peu comme si on essayait de légaliser le tabac aujourd'hui, ce serait mission impossible. On a essayé de censurer dernièrement Tintin au Congo parce que la vision de l'homme noir en fainéant stupide est aujourd'hui comme étant raciste, on peut aller plus loin dans le type de héros qu'offre tintin, il dynamite des rhinocéros, il tue des éléphants pour prendre leur ivoire, il dépece des singes, il se fait lyncher, il tue des gens, enfin bref c'est complètement surréaliste. Un auteur pondrait aujourd'hui un bouquin pareil, il lui serait impossible de le publier. Pas forcément évident de se replonger dans la bédé mais néanmoins il faut reconnaître les forces de l'ouvrage, énormément d'action, de l'aventure, du dépaysement, pas mal de choses pour conquérir le coeur des enfants.

 

 

Classé dans : bédé - Mots clés : aucun

Le market de FirefoxOS se développe, mais ...

Rédigé par Cyrille BORNE - - 3 commentaires

Je jetais un coup d'oeil sur le market de firefox on fait désormais le plein d'applications et pas n'importe lesquelles. On a désormais des acteurs comme Microsoft avec un client mail pour outlook ou yahoo avec la météo. La présence de géants de l'informatique montre que FirefoxOS se développe et c'est une bonne chose. J'ai par exemple trouvé une prise de contrôle de Kodi par le biais de FirefoxOS, ça marche plutôt bien, Kodi en effet a une interface web accessible à distance, ça colle parfaitement avec FirefoxOS.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles sauf deux points. Lorsque j'installe une application FirefoxOS je ne sais pas à quoi elle accède alors que sous Android je sais exactement ce qu'elle va scanner. Je ne connais pas le processus de validation des applications pour le market. On trouve dans la documentation cette référence : Avant que votre application ne soit disponible pour le grand public, elle subira un processus de révision pour qu'on puisse avoir l'assurance qu'il s'agit d'un travail de haute qualité et dépourvu d'éléments dangereux. Quels sont ces fameux processus de validation ? Quels sont les tests ? Y-a-t-il des spécialistes qui décortiquent le code ? Je n'en ai aucune idée. La combinaison de ces deux inconnues me pose un véritable problème. Alors que deux tiers des applications du market android seraient des malwares ou pas loin, qu'il y a tout de même la possibilité de vérifier ce qu'on installe et ce qui est scanné, ici quelle possibilité à part regarder directement dans le code.

J'ai fait le choix du ZTE OPEN C et de Firefox OS pour justement échapper à la sensation d'avoir une puce collée dans le téléphone, d'être traqué. Dans ces conditions, difficile de savoir si on n'est pas en train de reproduire ce qui se passe actuellement chez Android ou même chez ios. Avoir un OS propre n'a aucun sens si les applications qu'on installe ne présentent pas le même niveau de qualité.

Classé dans : libre - Mots clés : aucun

De la difficile organisation

Rédigé par Cyrille BORNE - - 1 commentaire

Au départ je voulais écrire un article du nom, the place to be, pour expliquer un peu les endroits intéressants où il faut être, mais j'ai un fourre tout mental que je me dois d'étaler dans le même billet car tout est plus ou moins lié. A l'heure actuelle, je rencontre plusieurs problèmes sur le web :

  • ne pas me disperser
  • avoir l'info qu'il me faut
  • socialiser un minimum
  • m'investir un minimum

Les sites d'actualité en général c'est bien, mais ça ne permet pas d'avoir d'informations précises sur les projets qui m'intéressent. Il est donc nécessaire de trouver le bon endroit. Si dans certains cas c'est évident, pour Ubuntu par exemple la communauté française est puissante, unique, si on ne trouve pas les réponses on peut toujours passer par askubuntu très riche ou par le forum Anglo-saxon, trouver de l'information sur Ubuntu de façon simple, c'est simple. Si je parlais de debian trouver de l'information de façon simple, c'est beaucoup plus tendu. Si l'on regarde par exemple la sphère francophone, on a plusieurs forum, les puristes me diront que les forum c'est pour rigoler, il faut donc s'abonner aux lettres d'informations pour avoir les nouvelles qui vont bien. La mailing list c'est difficile pour moi, ça l'a toujours été, je trouve que c'est trop old school, pas assez clair et d'un point de vue social c'est proche de zéro. Je pense que le succès d'Ubuntu d'ailleurs ne tient pas qu'en la facilité d'utilisation et d'installation de la distribution mais aussi dans celle des outils de participation qu'il propose.

Dernièrement mon problème principal a été de trouver de l'information sur FirefoxOS donc indirectement sur le ZTE OPEN C. Il faut se rappeler du contexte, le téléphone fait son apparition sur le marché anglais en juillet 2014, les blogueurs prennent possession de l'appareil et des informations, diaspora devient un canal de diffusion important de communication. Quasiment dix mois plus tard, nous sommes nombreux à avoir fait le tour du téléphone, il n'y a pas de nécessité de faire de l'actu tous les jours, il est nécessaire de trouver un endroit pour échanger avec une information pérenne. Diaspora ne se prête pas à l'exercice, l'information étant volatile, je viens de m'inscrire sur le forum Geckozone sur lequel on voit se développer pas mal de sujets sur Firefox OS, c'est faire d'une pierre plusieurs coups puisqu'on trouve des sujets sur tous les produits Mozilla. Je pense qu'il est important de s'entraider, c'est une logique, non seulement ça permet de faire avancer les gens mais aussi de socialiser, on fait de belles rencontres sur internet.

Mettons donc tout ça dans le mixeur. Je suis de façon régulière le forum pluxml, le forum ipfire en allemand (sic), le forum Ubuntu, maintenant le forum Geckozone, je suis aussi le forum officiel Orange et pas seulement pour rappeler mes déboires avec la VDSL2 mais aussi car c'est un intéressant indicateur de tendance, je ne serai pas passé par exemple à la VDSL2 si j'avais lu ce forum de façon quasi quotidienne tant les problèmes sont importants, il faudrait que je me trouve une source d'informations sur kodi aussi. Vous noterez que je ne fréquente pas de forum dédié au raspberry pi car j'ai ici une utilisation bien spécifique, que je ne fréquente pas de grandes communautés généralistes comme hardware.fr par exemple où la majorité des thèmes sont abordés, que je ne m'intéresse pas à Android alors que j'ai une tablette Android, j'ai espoir que cela ne reste qu'une solution transitoire, que je pourrai traîner sur des forum dédier aux modifications de la PS3 et tant d'autres domaines encore j'utilise.

En fait l'équation est simple, plus on fait rentrer de technologie chez soi, plus on a besoin de fréquenter les sites supports, notamment quand on fait du libre où tout est segmenté et plante souvent, les utilisateurs d'Apple par exemple malgré leurs nombreux produits ont besoin de moins sites. La place pour les autres projets libres, les projets libres que je n'utilise pas, ne peut être que réduite à sa portion congrue, pour ne pas dire inexistante, j'ai fait des remontées de bugs sur Cozycloud, c'est un projet que je n'utiliserai pas car comme je l'ai déjà expliqué il n'est pas multiutilisateur, je passe donc mon tour. Je lisais Laurent dernièrement qui écrivait qu'il avait la sensation d'avoir régressé en informatique, ce n'est pas mon cas pour ma part, par contre ce qui est certain c'est qu'à force de balayer tous les domaines, les compétences et les connaissances ne peuvent être que superficielles. Néanmoins je préfère mieux être touche à tout plutôt que de me focaliser dans un domaine bien précis où j'aurai l'impression de m'ennuyer.

La conclusion de ce billet est simple, limiter les services et le matériel, éviter le early adopting et la consommation de gadgets électroniques, bien choisir les communautés et les sources d'information.

Classé dans : libre - Mots clés : aucun