Ni la fin du monde, ni le changement c’est maintenant.

22 mai modifié dans Blog
La fin du monde telle que je l’attendais avec la seconde vague n’est pour l’instant pas arrivée. Ce n’est pourtant pas la faute aux gens d’y mettre toute la bonne volonté du monde pour chopper la chtouille. On a découvert qu’il y avait beaucoup de gens qui vivaient à moins de 100 km de chez…

Réponses

  • 22 mai modifié

    11 mail? Intéressant lapsus.
    Je dirai pas "je vous l'avais dit" mais une garderie ca ne motive pas les teletravailleurs qui passent déjà tout à leurs gosses par lassitude. Déjà que ca ne respecte pas des règles simples. Même mes chats sont plus obéissants :#

    Mais on sent la lassitude chez toi aussi cyrille, ce qui se transmet jusque dans le libre avec de l'acceptation là où tu n'en vais pas et de l'intransigeance sur les points les plus sensibles . On y passe tout à un moment 😕

  • La lassitude c'est exactement la même que lorsque tu mets un contrôle facile, que tu as fait réviser les élèves et que tu as la moitié de la classe qui dit : y avait contrôle ? Pour ma part la lassitude c'est plus profond que la façon de travailler c'est le métier tout simplement. Ce qui reste intéressant c'est que tu peux essayer des trucs, je crois que c'est un des rares métiers qui t'invite à tenter des nouvelles choses.

  • Ça fait 3 ans que j'ai choisi de ne plus me rendre malade à essayer d'apprendre quelque chose à quelqu'un qui n'en a pas envie. Dans le même temps, j'ai décidé de me concentrer sur ceux qui faisaient des efforts quitte à leur donner plus de temps que ce qui est prévu dans le programme avec des exercices supplémentaires et des discussions pour ceux qui le souhaitent sur les résolutions et les difficultés qu'ils ont. J'en suis même arrivé à préférer un travailleur moyen à un surdoué glandeur qui ne veut pas aller plus loin alors qu'il le pourrait.

    Aujourd'hui, c'est ce qui me permet d'encore enseigner sinon je ne ferais que le strict minimum voire je ne le ferais plus sans compter que je n'y prendrais pas de plaisir et que ce serait inutile pour ceux qui ont besoin de moi.

  • Ce qui me gêne c'est tout de même cette imposition de devoir rendre des comptes. J'entends par là que dans le monde de l'éducation, on a tendance à souvent culpabiliser l'enseignant de ne pas avoir fait son maximum pour être intéressant. On a parfois l'impression qu'il faudrait se mettre des plumes dans le cul pour réinventer la pédagogie.

    Et pourtant dans la situation actuelle, c'est quand même pas difficile de repérer les familles déconnantes. La cible est ratée dans le sens où les fameux 5% de décrocheurs ne sont pas retournés à l'école. On continuera de mettre ça sur un contexte exceptionnel quand c'est une batterie de recommandés de l'état qui aurait dû partir. Malheureusement comme je le répète souvent, la maltraitance est tellement importante, les services sociaux débordés que finalement un enfant qui ne fait pas le travail parce que sa famille s'en fout, c'est très loin derrière la masse des préoccupations du système.

    Je fais une visio ce matin à la demande de certains élèves, je vais effectivement dans ton sens @alsed et je n'irais plus chercher les gens non plus. J'estime être suffisamment accessible pour qu'on fasse l'effort de se bouger pour me chercher.

  • 23 mai modifié

    Tellement d’accord avec Alsed et Cyrille . Et en école alternative tu retrouve aussi ce problème là. Je ne sais plus dans quel article tu avais évoqué ça Cyrille mais il doit y avoir une relation tripartite : le prof/ encadrant doit faire son taf l'élève et les parents aussi. En tant que prof tu peux faire de ton mieux si les élèves et les parents ne suivent pas ça ne suffira pas malgré toute la bonne volonté et compétences du monde pour le prof. Moi perso, les élèves et les parents savent par la directrice qui si y a besoin je suis là. Après c’est à eux de venir demander. Dans la bible, on dit : demandez et l'on vous donnera. Je pars du principe que dans la vie du moment que les gens en sont informés au préalable c’est la même. Les élèves, je serais toujours là pour eux, mais c'est à eux de demander et ils le savent. Autrement on rentre dans le complexe du sauveur (triangle de Karpman pour ceux qui conaisse) et c'est pas bon. J'ai mis du temps à piger ça et j'ai pas encore fini, je pense que c est un travail permanant . Tout est une questions de distance et d'équilibre

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.